Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 20:33

C’est fort d’un programme achalandé que les journalistes membres de l’Association des Editeurs et Correspondants de presse du Moungo ont débuté cette journée historique du 03 mai 2014 marquant sur le plan local la célébration de la journée internationale de la liberté de la presse.

Au programme, le monitoring des différentes publications et des commentaires sur les articles au siège de l’ASSEPM, à la descente UCB – Nkongsamba ; Visite de courtoisie aux autorités administratives, municipales et traditionnelles de Nkongsamba ; Visite symbolique du monument de la paix (tombeau des 18 chiens mystiques) jouxtant la maison de la paix de Nkongsamba ; visite du mythique stade de football de Mbaressoumtou ; visite d’une bibliothèque municipale à Nkongsamba ; table ronde sur le thème «La liberté des médias pour un avenir meilleur : contribuer à l'agenda de développement post-2015» ; Cocktail à l’Hôtel LE ZENITH PALACE.

L’objectif premier est atteint, celui de parcourir les points historiques, les nouvelles archivées par les journalistes du Moungo depuis 2009, date de création de cette association soutenue par le regretté Aaron Epanda, point focal de Camnews. Un point important est l’arrêt au tombeau de la paix qui entre 1962 et 1965 a été le théâtre de l’histoire du département du Moungo et selon des informations glanées de source bien introduites, 18 chiens noirs sont ensevelis en ce lieu pour mettre fin aux crimes crapuleux politiques, traditionnels, aux dénonciations mensongères, bref aux actes qualifiés de barbares des maquisards. Lors de cette étape, les journalistes ont eu un entretien avec le Maire de Nkongsamba Ier sur la possibilité d’y ériger un véritable monument qui pourrait attirer les touristes du monde entier avec une plaque indicative du centre du musée des civilisations à Nkongsamba. A la suite de cette descente, les journalistes ont essayé de retrouver sans succès la bibliothèque de Nkongsamba 1er, tentative sans succès puisqu’elle n’existe en réalité que dans la mémoire. On aurait appris par des sources contradictoires que des 8 000 livres offerts par la diaspora à la défunte Commune Urbaine, le nouvel arrondissement aurait bénéficié d’une partie. Après des recherches à ce qui est appelé la résidence du secrétaire général de la Communauté Urbaine de Nkongsamba en face de la Brigade Territoriale, les "globe-trotters" se sont retournés vers le siège de la Croix-Rouge pour découvrir un spectacle désolant. En effet, le local octroyé par l'ancien Préfet au bureau départemental de la Croix-Rouge sert aujourd'hui de magasin pour une entreprise de construction le jour et de repère pour les souris, serpents à sonnettes et chèvres en fin de divagation la nuit. Les Recherches sont ensuite diligentées par les les journalistes vers partie annexe de la sous-préfecture de Nkongsamba 1er, mais le local indiqué est occupé par la délégation d'arrondissement des affaires sociales et une ONG des personnes handicapées. Cette bibliothèque mérite d’être enfin mise sur pied et ne demande pas beaucoup de moyens, il suffit selon un observateur de commencer à lui attribuer un local. Ce lieu de la recherche pourrait bénéficier d’une connexion internet avec Wifi qui permettra aux enfants des moins nantis et aux étudiants d’effectuer selon le vœu du Chef de l’Etat des recherches et d’améliorer leurs connaissances dans les Nouvelles Technologies de l’Information et de la communication (NTIC). En somme, après les commentaires des des étudiants en communication qui suivaient la marche de près et d'autres au téléphone, Nkongsamba mérite 4 bibliothèques municipales modernes, une pour chaque commune d'arrondissement et la plus grande serait soutenue d'une médiathèque serait la propriété de la Communauté Urbaine de Nkongsamba.

Par la suite, tous les directeurs de publication et les reporters invités on été à la table ronde sur le thème à Nkongsamba Fm, une prestation intellectuelle soutenue par la présence du procureur M. MOUSSA, le sociologue Georges Auréoles LEKAMA par ailleurs General Manager de la radio hôte et M. OTTIA Cyprian de la délégation départementale de la communication du Moungo.

Tout s’est achevé par un cocktail rehaussé par la présence du représentant du préfet, M. BALA SOUAIBOU et du second adjoint préfectoral M. Charles MUNA NJI. Le préfet s’est longuement exprimé sur le rôle du journaliste dans le développement durable, cas du Moungo en invitant les membres de l’ASSEPM à aller de l’avant dans l’atteinte des objectifs fixés qui sont : -contribuer à l’amélioration des articles et programmes des médias ; -promouvoir le bien être économique, social et culturel de ses membres ; -veiller au respect de l’éthique et de la déontologie par les membres.

Rendez-vous est pris pour le séminaire de renforcement des capacités des journalistes et axillaires de la communication du Moungo sur "la rédaction des sujets économiques et l'archivage des images de reportage" qui se déroulera dans moins de trois mois dans une des 13 communes du département du Moungo. Mais avant cette étape, l’observatoire de la presse du Moungo (OPREM) devra se mettra sur pied à travers sa première session de plein droit.

Lijouom Chetou

Célébration de la journée de la libertée de la presse : L’ASSEPM  réveille l’histoire de Nkongsamba et plaide pour une prise en compte de nos valeurs ancestrales

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens