Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 11:30
Interview : Dr Ndemmanu Antoine De Padoue, Président National du RDPF-KUMZSE, candidat à la présidentielle de 2018

« Une des actions à mener au lendemain de mon élection à la présidence de la République du Cameroun serait de transformer le pays en 16 régions économiques »

Le Dr Ndemmanu Antoine De Padoue est un économiste originaire de la région de l‘Ouest, administrateur des sociétés et est né le 23 mars 1960 à Douala. Ce globe trotter qui chaque mois parcours les artères des villes et campagnes du Cameroun pour expliquer son projet de société est le président national du parti politique RDPF-KUMZSE crée en 1995. Il est le petit fils de feu Djoumessi Mathias, ancien ministre d’Etat chargé des Etudes et des Affaires réservées sous le président Ahidjo. Après ses études primaires à l’école Saint Kisito de Douala et secondaires au Lycée Polyvalent de Bonaberi, il se rend en France puis en Allemagne pour des études supérieures soldées par un Ph. D en Economie. Après son échange avec les médias à Nkongsamba le 18 mai 2016, il nous a accordé cette interview. Lisez-plutôt.

Pourquoi avez-vous choisi d’être en avance sur le terrain pour votre propagande à la prochaine élection présidentielle au Cameroun ?

Je ne suis pas en campagne électorale, mais plutôt dans le cadre du fonctionnement normal d’un parti politique qui se doit de rencontrer régulièrement ses militants, ses sympathisants, mieux, se structurer et expliquer ses fondamentaux. Lors de mes déplacements dans le Cameroun, je ne peux refuser de me soumettre aux sollicitations des journalistes, des membres de la société civile qui ont besoin d’un éclairage sur les sujets d’actualité.

Dans votre fameuse tournée nationale, vous arborez une robe aux couleurs du pays, mais comportant six étoiles. Qu’est-ce qui explique cet accoutrement peu ordinaire ?

Je suis le premier à démontrer que pour renforcer le patriotisme de nos concitoyens, il faudrait mettre sur pied un ensemble de geste, de fait, de démonstration avec notre drapeau, nos couleurs et l’étoile jaune. Cette étoile qui doit être avec six têtes au lieu de cinq. Avec six étoiles, il y a une expression de l’énergie, de l’ouverture. Mon habillement appelle à l’amour entre les Camerounais, à l’amour de notre cher et beau pays.

Vous serez candidat à la présidentielle prochaine, pensez-vous pouvoir remplir toutes les conditions et surtout pouvoir payer la caution aujourd’hui réévaluée à 30 millions ? Avez-vous suffisamment de militants dans votre parti pour faire face au RDPC et d’autres partis représentés à l’Assemblée nationale.

Le RDPF-KUMZSE a fait son chemin et compte aujourd’hui s’il faut analyser les résultats de la présidentielle de 1997 où nous obtenions plus de 15 000 voix, plus de 6 millions de sympathisants à notre programme. Ceux-ci sont disposés à mettre chacun au moins 5000 FCFA de contribution à notre campagne, et cela dépassera largement les 30 millions de caution pour notre candidature. Le réel problème est la capacité des Camerounais à participer à la campagne électorale le moment venu pour une alternance démocratique, suivi de l’objectivité des médias de service public, complété de l’impartialité de l’organisme en charge de l’élection et enfin de la non ingérence des certaines autorités administratives. Je voudrais également vous dire que beaucoup de militants du RDPC et d’autres partis politiques le moment venu voterons pour notre projet de société. C’est la raison pou laquelle nous le déployons chaque fois que nous en avons l’occasion, deux semaines de campagne se révélant insuffisant pour dire à l’électorat ce qui est bon pour l’ensemble du peuple camerounais.

Qu’avez-vous de spécial à proposer aux populations camerounaise ? Quelle réponse apportez-vous à la problématique de nombreux jeunes camerounais sous employés, au chômage ?

Une des actions à mener au lendemain de mon élection à la présidence de la République du Cameroun serait de transformer le pays en 16 régions économiques. De travailler pour la mise sur pied d’une monnaie forte, de renforcer le système de l’assurance qui passe par l’augmentation des salaires. La prise en compte de tous les entrepreneurs ruraux et commerçants par la création d’un fichier de suivi de leur activité jusqu’à la fin de celle-ci qui mérite un accompagnement jusqu’à leur dernière demeure par l’Etat, etc. Je suis pour un Cameroun meilleur et qui gagne grâce à l’impôt parental, la formation de tous les jeunes de 15 ans à 30 ans et des jeunes techniciens en renforcement des capacités, le tout auto finançable, le crédit bail…

Parlant de la monnaie, pensez-vous que l’heure est venue pour le Cameroun de disposer sa propre monnaie ?

Avoir sa propre monnaie est l’idéale, mais il faudrait d’abord remplir les prérequis pour disposer d’une monnaie, et surtout une monnaie forte. Au Cameroun nous disposons actuellement de moins de 3 millions et demi de comptes bancaires, alors qu’il nous faudrait au moins 10 millions de compte pour être capable d’autofinancer les projets de taille. Imaginez que l’on prélève 100 FCFA par compte, cela donnera 1 milliard qui est une somme importante pour autofinancer un projet important. Donc la marche vers notre monnaie implique au préalable l’éducation à la monnaie, une mobilisation suffisante de l’épargne nationale, le renforcement de l’assurance sociale et d’autres facteurs économiques que nous ne disposons pas encore.

Propos recueillis par Sylvain Timamo et Elong Ngotty - Contact Rédaction : +237 663 956 404

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens