Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 10:15

Dr Kollo Basile, en présence du Conseiller Municipal Djoumessi Rigobert, à la Place des fêtes de Nkongsamba,répond à nos questions

Plusieurs mois après le passage des évêques à Nkongsamba, les observateurs qui questionnent sur les mutations recueillent encore des informations afro pessimistes sur les changements dans la cité montagnarde. A tord ou à raison, la notion de responsabilité entre la Communauté Urbaine et les trois communes d’arrondissement revient sur les lèvres lorsqu’on parle des routes dégradées à la périphérie du centre urbain, des habitations en délabrement, des inondations dans les quartiers, de la vétusté des établissements scolaires, des ponceaux écroulées, de l’inexistence des traversées des cours d’eau dans plusieurs quartiers. Plus grave encore les événements d’éclat ont connu un succès mitigé, critiquable à l’exemple de l’Ascension du Mont Manengouba, la prestation de l’équipe mythique de football Aigle Royal de Nkongsamba et l’absence des financements destinés aux Hommes de culture. Le budget 2016 est autour de 700 millions et selon des informations glanées à la source, les recettes de l'année 2015 sont autour de 378 493 051 FCFA. Elles ont connu une augmentation de plus de 33 millions pour un taux de performance d'environ 55 %. Dr Kollo Basile rencontré à plusieurs occasions a répondu à nos questions.

Scores2000 : Monsieur le Délégué du Gouvernement, votre ville a connu des mois chauds avec cette fameuse histoire d’enlèvement des ordures ménagères. Quelle a été la solution finale pour mettre fin aux manquements ?

Dr KOLLO Basile : La Communauté Urbaine de Nkongsamba devant l’absence d’une entreprise professionnelle pour l’enlèvement des ordures s’est attachée les services d’un prestataire. Celui-ci faute de moyens à laisser la ville sale pendant des semaines sous le prétexte d’une panne survenue sur le camion benne de ramassage. Après les sommations au vu de l’engagement contractuel qui nous li à ce dernier, nous avons été obligé de rompre le contrat pour le confier à un autre qui a été prompt à s’exécuter. Je me réserve le détail des blocages que nous avons observé, liés au courant en conflit d’intérêts politique et économique dans cette ville. Des solutions urgentes ont été envisagées car nous avons écrit aux ministres ayant compétence pour acquérir en urgence deux camions bennes.

Il y a par ailleurs une mal progression entre ce que nous écoutons lors d’un conseil municipal à la Communauté Urbaine de Nkongsamba et les actions sur le terrain. Comment expliquer tout cela ?

Un budget est une prévision. Les recettes n’ont véritablement pas été au rendez-vous depuis quelques années et nous avons pris de nombreuses mesures pour améliorer la qualité de nos prestations. Il y a des contribuables qui n’en font qu’à leur tête, aidés par certains élus qui ne maîtrisent pas la limite de leur rôle. Ce qui nous a poussé à prendre des mesures d’assainissement du marché, rentabiliser la gare routière, à muter dans les services techniques. Nous avons un nouveau Receveur Municipal (M. AKOLEA Jeannot Patrick, Ndlr) et pensons que dans quelques semaines, lui aussi apportera sa pierre à la remontée du taux de performance. Pour le reste un chemin de Nkongsamba émergeant à l’horizon 2028 est tracé à travers le PDU (Plan Directeur d’Urbanisme) et le POS (Plan d’Occupation des Sols). Je considère la CUN comme un cabinet d’étude qui conçoit et ses projections réalisées dans les trois Communes d’arrondissements. Pas à grande vitesse, mais, il y a des avancées perceptibles. La route de la morgue de l’hôpital Régional de Nkongsamba au carrefour UCB et celle du dépôt Brasseries vers la nationale N05 en passant par les rails sont réhabilités par nos soins. Les ponceaux et d’autres infrastructures à Nkongsamba 1er, 2ème et 3ème sont réalisés dans le PIA de la Communauté, etc.

Dans le domaine du sport, Nkongsamba, le Chef-lieu du Département du Moungo est à la traine par rapport à d’autres villes comme Loum et Melong. A qui la faute ?

On ne peut être partout à la fois, nous avons pris des mesures et responsabilisé les enfants de Nkongsamba pour jouer le rôle d’intermédiaire. Habituellement lorsque vous faite venir les experts d’autres villes, on crie sur les toits de votre malgouvernance. Beaucoup ont montré leur limite. Dans le budget, nous avons un appui pour des activités sportives : les jeux FENASCO, les finales de nos forces de défense, l’Aigle de Nkongsamba, l’Ascension du Mont Manengouba. Ces rubriques sont régulièrement utilisées et aux acteurs de produire des résultats.

Parlant de l’Ascension du Mont Manengouba, la dernière édition na pas été aussi brillante que celle de relance en 2014 co-organisée avec ASPROLATHLISM. Alors qu’elle aurait eu plus de moyens financiers et plus de temps de préparation. Quel avenir prévoyez-vous pour cette course de montagne?

Vous devez comprendre qu’il n’est pas dans l’intention de la Communauté Urbaine de Nkongsamba d’être organisateur de l’Ascension du Mont Manengouba. Nous voulons jouer le rôle de facilitateur pour avoir à terme un événement sportif d’envergure pour la ville de Nkongsamba. Notre objectif sans les gros moyens s’était et reste de faciliter l’implémentation de trois éditions successives. L’observance des forces et des faiblesses des commissions d’organisation nous permettront de faire un rapport au Comité National Olympique et Sportif Camerounais (CNOSP) pour qu’il s’implique dans cette course que nous voulons dans un futur proche internationale. Ce qui est important pour nous aujourd’hui est de maitriser la démarche organisationnelle et sécuritaire sur le plan local. Nous avons dans ce sens désigné le Secrétaire général M. WANGUE Georges Liberté que vous connaissez bien comme responsable du suivi du comité local. J’en ai discuté personnellement avec le Président KALKABA MALBOUM. Notre conseil a voté une délibération accordant 3 millions à l’organisation de cette course, mais elle se tient souvent à la fin de l’année et les ressources financières ne sont pas toujours suffisantes. Nous essayons de trouver des formules compensatrices. L’arrivée d’un nouveau Délégué Départemental des Sports et de l’Education Physique dans le Moungo sera un atout, je suppose qu’il aura quelque chose à prouver.

Est-ce dire que la course édition 2016 ne sera pas organisée ? Certains athlètes l’année dernière ont d’ailleurs annoncé que si les primes ne sont pas importantes, ils ne participeront pas et des correspondants de presse se sont engagés à la saboter ?

La course sera bel et bien organisée au mois de novembre, pas dans la formule pensée par les autres venus majoritairement hors de la ville de Nkongsamba. Je suis le Délégué du Gouvernement de Nkongsamba, pas de Douala ou de Yaoundé et j’ai des responsabilités et des missions. Avec nos modestes moyens et l’appui des acteurs socioéconomiques, nous allons organiser cette course pour aider nos athlètes à participer à l’Ascension du Mont Cameroun. Dans la démarche de cette édition, nous voulons compter sur l’appui des Délégués d’Arrondissement du Ministère des Sports et de l’Education Physique (MINSEP) qui encadreront nos jeunes. Nous interpellons les chefs d’établissements scolaires pour qu’ils préparent au moins cinq jeunes par catégorie pour la course de novembre. Les athlètes professionnels du Moungo comme dans le passé auront leur rôle à jouer. Sous le contrôle de M. HONA Thomas, Préfet du Département du Moungo, nous travaillerons à créer des conditions de sécurité sur l’itinéraire avec les forces de maintien de l’ordre, la chefferie supérieure Baneka. Cette course une fois de plus ne va pas remplir toutes les conditions techniques inhérentes des grandes compétions nationales, mais les meilleurs seront primés. Tous les intervenants ont le choix, celui de participer ou de s’abstenir pour respecter le droit des autres et mettons en garde les fauteurs de trouble de se retrouver devant la justice pour répondre des conséquences de leurs actes.

Quels types de primes ?

C’est l’esprit de la compétition qui est importante, nous allons primer avec l’aide des sponsors, des mécènes, les trois premiers seniors, les trois premiers minimes, le plus jeune de la course et le plus âgé. Dans tous les cas de figure en fonction des disponibilités du Comité d’Organisation, nous travaillerons avec le Délégué des Sports et les responsables de l’athlétisme pour aboutir à un meilleur résultat. Vous comprenez bien que la course n’est pas l’affaire du Dr KOLLO Basile, lorsque nous ne seront plus à ce poste, il faudrait que d’autres poursuivent cette initiative. De même que nous avons travaillé sur les cendres de nos prédécesseurs pour qui j’ai de bonnes pensées. J’invite ainsi les hôteliers, les restaurateurs, bref tous les opérateurs économiques de Nkongsamba à venir personnellement remettre des primes à nos athlètes. Une édition de l’Ascension du Mont Manengouba prise sous la formule la plus simplifiée couterait au moins 35 millions. La Communauté Urbaine de Nkongsamba dans son rôle d’accompagnateur, de facilitateur ne pourrait donner qu’une contribution à travers sa prévision budgétaire qui ne sera pas supérieur à 3 millions.

Propos recueillis par Sylvain Timamo et Lawal Mohamadou-Contacts:+237678894092/663956404

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens