Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 14:25

C'était en février 2016 qu' a eu  lieu la course internationale de l'espoir sur les pistes du Mont Cameroun à Buéa. Des mois après, Nkongsamba abrite le samedi 26 novembre prochain la 8e édition de "son" ascension du Mont Manengouba. Le plus haut sommet du département situé à l'ouest de la ville. Le mont Nlonako, lui, est à l'est tandis que le mont Koupé plus au sud après la localité de Manjo.

De nombreux athlètes et touristes y sont attendus, n'a de cesse de rappeler Sylvain Timamo, le communicateur et porte-parole du comité local d'organisation chapeauté par le Préfet du Moungo. Le Délégué du gouvernement étant le parrain. Cette compétition fait son bonhomme de chemin dans l'espoir de retenir les attentions à l'international. Un objectif qui requiert le coup de pouce de la fédération camerounaise d'athlétisme.

Nkongsamba a-t-elle fané ?

Il faut remonter le cours de l'histoire pour se rendre compte que cette cité a perdu de sa beauté. Jusqu'au milieu des années 70, Nkongsamba était sur toutes les lèvres au plan sportif et économique. Son équipe fanion, Aigle royal est la toute première de l'intérieur du pays à remporter le titre de champion national de football de la division une. Sa participation à la finale de la Coupe du Cameroun perdue devant l'invincible Canon de Yaoundé fut la cerise sur le gâteau. Aussi, faut-il le souligner pour en faire une particularité, cette équipe est unique dans son genre pour avoir produit une dizaine de joueurs ou presque dans la liste provisionnelle de l'équipe nationale du Cameroun à l'exemple de Fotso Serge, Appolin Simo, Emmanuel Bounga, Kowa alias petit Pelé, Siéwé l'ailier droit, Michel Kaham, le gardien Moïse Essombé, le défenseur Ngongang, Tsébo Jean-Marie (l'homme de Khartoum) sélectionné par Raymond Fobété frère-aîné de Jules Frédéric Nyongha, lui-même ancien joueur de cette équipe en 1967.

Au plan agricole, le chef-lieu du département du Moungo semble avoir abandonné la locomotive au détriment d'autres villes camerounaises. Sa traditionnelle foire agricole qui drainait du beau monde, ses boutiques (Scortis-Tsekenis, Printania etc) tenues par des expatriés essentiellement des Européens (Français et Grecs) et son aérodrome sont rangés dans l'histoire. 3e grande métropole du Cameroun après Yaoundé et Douala, ce classement serait l'arôme qui aiguise l'appétit de l'initiateur de cette mountain race du 26 novembre prochain. Le comité d'organisation est à pied d'œuvre et rassure tout en comptant énormément et prioritairement sur les enfants de Nkongsamba et leur relationnel pour rehausser l'éclat de la fête. Le coup de pouce des uns et des autres est attendu à bras ouverts. Rendez-vous est donc pris, le 26 novembre prochain, à Nkongsamba. L'idéal serait une descente dans la ville plutôt la veille pour découvrir ce qui reste de Nkongsamba by night après la fermeture de San Farncisco. Oh la belle époque !

Fernant NENKAM Tél. 69992 4181

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens