Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 17:03

NON AUX AVORTEMENTS CLANDESTINS ! tel est le slogan qui accompagne la mise en œuvre du projet portant sur «la santé reproductive de la jeune fille et les avortements clandestins au Cameroun» porté par l’association Dynamic Femmes sous l’égide de sa présidente, Mme Claudine SIEWE.

Banderoles, affiches, flyers, émissions radiodiffusées, caravanes de sensibilisation, plaidoyer, sensibilisation sur les réseaux sociaux … voilà autant d’activés implémentées dans la ville de Nkongsamba depuis février 2017 aux fins de sensibiliser les populations, mais aussi les responsables administratifs, politiques et traditionnelles sur les causes et les conséquences, sommes toutes néfastes, de ce fléau qui gangrène à petit feu la jeune fille, la femme et les familles au Cameroun. D’ailleurs, à ce sujet, M. Arsène ADJOMO MVONDO précise que 300 000 africaines décèdent chaque année de suite d’un avortement clandestin, des chiffres qui donnent froid au dos. Si les causes restent certes nombreuses, l’une d’elle est le non accès au service hospitalier en la matière, en raison des lois sur l’avortement qui restent par contre trop contraignantes.

Pour Me DAKEYI Athanase, en dehors de la loi, il sied d’interroger le cadre de l’avortement médicalisé qui ne respecte pas toujours la règle. Pour s’en convaincre, il interroge le nombre de structure hospitalière apte à offrir ce type de service dans le département du Moungo.

L’on pourrait dès lors comprendre cette campagne menée par l’association avec son partenaire stratégique, AmplifyChange, dont l’ambition est de contribuer à la reconnaissance du droit à la santé sexuelle et reproductive en tant que droit fondamental de l’homme afin de la permettre à la femme et à la fille de réaliser pleinement leur potentiel dans un environnement sûr et favorable.

Lors du séminaire organisé à l’occasion, qui a connu l’accompagnement d’un panel d’autorités administratives, politiques, judiciaires et traditionnelles, trente jeunes éducatrices ont été formées sur la thématique afin d’aller porter le message dans leur communauté respective. Elles ont été d’ailleurs désignées «ambassadrices de bonne volonté» par Mme EKOH Caroline, délégué départemental de la promotion de la femme et de la famille du Moungo, avec l’engagement pris à travers la «déclaration de Nkongsamba» d’œuvrer sans relâche pour cette cause. Il est à espérer que ces actions contribueront à réduire le phénomène des avortements clandestins au Cameroun. Lijouom Chetou

Contacts Rédactions : +237 663956404 / 699451920/ 678894092

http://www.scores2000.info

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 10:37

Cette réunion du 29 mai dernier en la présence de Mr ETENGENENG KEVIN Oben, 2ème adjoint préfectoral du Moungo a été présidée par Mme Claire Moulanga, Directrice de l'ONUSIDA. Ces personnalités accompagnés des modérateurs Thomas TCHETMI de l'ONUSIDA et Dr KOLLO BAsile, Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Nkongsamba se sont déplacés dans l'optique d'attirer l'attention des populations de Nkongsamba sur l'existence réelle du VIH/SIDA et solliciter que 90% de ces mêmes populations soient dépistées et mises sous traitement pour ceux ayant un statut positif.

Travail qu'ils confient aux autorités de la ville (Préfet, Sous-préfet, Maires des différents arrondissements) et au point focal Dynamic femmes, association portée par Mme SIEWE Claudine. Mr Singtat Bilong André Salomon, adjoint au Maire de la Commune de Nkongsamba 3ème a voulu avoir un éclairage sur la formule de gratuité du traitement qui jusqu'au jour d'aujourd'hui reste un peu flou au yeux des populations. Dr Mbella, Coordonnatrice Unité Prise en Charge HRN (Hôpital Régional de Nkongsamba) a pris la parole afin d'apporter des réponses à la préoccupation de celui-ci. Cette dernière a dit que: "le traitement du SIDA est gratuit, c'est vrai, mais cette gratuité bénéficie aux malades de première et deuxième ligne dans la classification. Cependant, ils doivent déposer une contribution de 500 FCFA qui est juste le coût de l'examen de dépistage, mais pour ceux de la troisième ligne, le traitement est payant. Elle ajoutera que, lorsque quelqu'un est atteint du VIH/SIDA, celui-ci peut être porteur d'une maladie autre que le VIH/SIDA et devrait par conséquent payer les frais de traitement de ladite maladie. Etant donné que les populations de Nkongsamba n'ont pas assez de moyens pour se prendre en charge dès lors qu'elles sont de la troisième ligne... Dr Mbella implore tout de même l'ONUSIDA à mettre des moyens à disposition pour le suivi de ces personnes-là".
Par la suite, le Dr KOLLO Basile a ajouté que "la formule de gratuité n'est pas constitutionnelle, donc, il faut une planification concertée pour que la prise en charge soit gratuite". Bien plus, il ajoutera ceci : "celui qui reçoit l'argent ce n'est pas l'hôpital mais l'État, soyez curieux, lorsque vous allez dans les caisses déposer de l'argent pour le traitement, vous verrez qu'à l'en-tête c'est Ministère des Finances et non Hôpital Régional de Nkongsamba". Mr ELONGBIL EPANDA Louis Mayer a confié à la presse que cette échange est la suite de celle de la veille à la Commune de Nkongsamba 1er dans un calendrier entamé un jour plus tôt par une excursion aux Chutes d'Ekom-Nkam.
Enfin, Dr Claire Moulanga, Directrice Pays ONUSIDA a clôturé en disant qu'ils feront tout pour que le traitement soit gratuit et prie aussi les autorités administratives, traditionnelles, religieuses et les leaders de la société civile à leur tour de faire leur travail, elle dit avoir adoré l'accueil et sera très heureuse de revenir dans le Moungo.

Par Ongomele Marie Cécile et Madola Marie Claire

Stagiaires, Contacts : 696 234 411

www.scores2000.info

email :sylvaintimamo@gmail.com

 

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 09:03

La salle des actes de la Communauté Urbaine de Nkongsamba a abrité jeudi dernier une réunion tenue par les Membres du Conseil Electoral conduits par le Pr Dorothy Njeuma en vue des échanges sur le processus électoral. Cette dernière a laissé entendre : "jeunes ayant 20 ans dans le MOUNGO, inscrivez-vous sur les listes électorales"... Mais selon Mr NGAPA OSCAR Séraphin du MDP (Mouvement pour la Démocratie et le Progrès), ils n'ont malheureusement pas de CNI (Carte Nationale d'Identité),

Etaient présents, le Préfet du Département du Moungo, Mr Hona Thomas, le Professeur Titi Mwel, le Professeur Dorothy Njeuma, Membre du Conseil Electoral, Mr Koule Ngodi Théophile, Chef d’Agence Elecam Nkongsamba, Mme Kedi Justine Hermine, l’adjoint au Sous-préfet de Nkongsamba 2eme, Mr Mouhamadou Bachirou, le Sous-préfet de Nkongsamba 3ème, les représentants des présidents des tribunaux de Nkongsamba. Etaient également présents, M. Nguegang Gabriel, 2ème adjoint au maire de Nkongsamba 2ème, Singtat Bilong Salomon, le 1er adjoint au maire de Nkongsamba 3ème, les chefs traditionnels, les représentants de certains partis politiques, des membres des associations, les médias et bien d’autres.

La réunion a débuté à 12heures par l’exécution de l’hymne national, suivie d’une prière que dirigeait Monseigneur Dieudonné Espoir Atangana, évêque du diocèse de Nkongsamba. Ensuite Mme Dorothy Njeuma a pris la parole pour le mot de bienvenue. L’ordre du jour portait sur l’inscription et la révision des listes électorales, les différents acteurs présents ont du se présenter tour à tour pour avoir un aperçu des participants, associations présentes. Après lecture du fichier contenant le nombre d’électeurs inscrits dans les treize arrondissements du département du Moungo, il en ressort qu’approximativement 163 718 personnes sont déjà inscrites, M. Titi Mwel est passé à la lecture de certains articles du Code Electoral, dont il ressort que les partis politiques sont responsables de la réussite des élections ; Pour cela, ils doivent :

− Rassembler et veiller à ce que les Camerounais aient leurs cartes électorales;

−Se battre pour avoir un budget conséquent;

−Veiller à la souveraineté du peuple.

Après un bref éclairage sur la nécessité de s’inscrire sur les listes électorales, place aux interventions des participants ; certains, notamment le SDF, MRC et MDP se sont penchés sur la question du bulletin unique, de la révision des listes électorales, des commissions mixtes presqu’inexistantes. Me Dakeyi Athanase du MRC a questionné sur la place et le rôle des handicapés dans les bureaux des différentes antennes et enfin la place des femmes en tant que candidates titulaires dans les partis politiques.

S’agissant tout d’abord des bulletins uniques, Mme Dorothy Njeuma a dit qu’Elecam exécute la loi telle qu’elle est. Le Code Electoral ne prévoit pas encore cette forme de bulletin nouveau (Unique), a également ajouté que l’on parle de bulletin unique) lorsqu’il y a 1 à 4 candidats, mais au-delà, on ne peut plus parler de bulletin unique. Car à-t- elle ajouté, le plus important est qu’on n’achète pas le peuple, les consciences. S’agissant de la révision, le Code Electoral révisé de 2012 prévoit en son article 76 al2 que, lorsqu’une personne est décédée, évacuée ou des personnes indument inscrites, on l’enlève sur la liste pour la remplacer par un citoyen remplissant toutes les conditions prévues par la loi (avoir 20 ans, jouir de toutes ses capacités et libertés). Quant aux commissions mixtes qui ne fonctionnant pas, les chefs d’antennes doivent être transparents devant les membres de la commission et Titti Mwel a ajouté que les commissions sont octroyées en fonction de la trésorerie.

Le problème des handicapés a été émis par Me Dakeyi Athanase, représentant du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) qui estime que les handicapés sont pour la plupart lésés par Elecam; lors des cérémonies, leurs difficultés à accéder dans des lieux de réunion. Pour lui, cette catégorie de citoyens devraient intégrer les antennes et être pris pour modèles. A cela, M Titi Mwel a répondu que cette préoccupation devrait être posée a l’Assemblée Nationale afin d’être incorporée dans le code électoral, Mme Dorothy quant à elle a ajouté que cela a toujours été le souhait d’Elecam et que : "c’est un échec de leur part de ne pas l’avoir fait jusque-là".

Enfin, le problème de la participation des femmes dans les listes électorales ne se pose plus car, depuis 2013 les femmes peuvent figurer dans les listes électorales en tant que candidates titulaires.

M le Préfet Hona Thomas a terminé en exhortant les citoyens à s’inscrire sur les listes électorales, c’est en cela que l’on pourra dire du département du Moungo qu’il est un grand département ; chacun doit s’inscrire individuellement et il faut sensibiliser les jeunes gens ayant 20 ans au processus électoral. Pour le Pr Dorothy Njeuma, l’organisation des élections libres et transparentes nous incombent tous ; "pour relever ce défi, nous devons travailler main dans la main". La séance est clôturé vers 14h 22 par l’exécution de l’hymne national en anglais et le chef d'Agence Moungo Ngodi Théophile a ajouté qu’il y aurait une autre concertation des Chefs d’Antennes dans leurs locaux à Nkongsamba3ème, quartier aviation.

Fait à Nkongsamba le 27 mai 2017

Par Madola Marie Claire et Ongomele Marie Cécile/ Stagiaires-

Contact Rédaction : +237 696 234 411/ 663 956 404 Email:sylvaintimamo@gmail.com

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 09:22

Journée du Mercredi 17 Mai 2017

Ouverture du Salon autour de 16h Sous le Haut Patronage du Préfet du Département du Moungo représenté par MMe KEDI Justine Hermine, Secrétaire d'Administration Principale. Présentation du programme par M. LEKAMA Georges Auréoles, communicateur ; Exécution de l’hymne national, suivie d’un intermède musical exécuté par le musicien David KOME; Mot de bienvenue du Président du Comité d’Organisation, M. TIMAMO TEDJON Sylvain qui est revenu sur l’historique de la création du Salon de l'Entrepreneuriat de Nkongsamba donc la vocation est d’encourager les jeunes de la ville de cité et de ses environs à s'auto-employer, à créer des entreprises et freiner l'exode rural; Discours du représentant du Préfet, Mme KEDI Justine Hermine, Secrétaire d'Administration Principale qui a apprécier l’initiative des organisateurs, en encourageant ces derniers à continuer dans la mobilisation, la sensibilisation des jeunes sans emploi en particulier et des chômeurs qui constituent la principale cible en général.

Etaient présents : M. Ntamack Epoh Serges, Représentant du Ministre des Relations Extérieures.  Le Sous-Préfet de Nkongsamba 2eme, Mme Onana Nga Dominique Epse Olinga Olinga, représentant le Procureur de la République près le TGI du Moungo, Mme MBOLE Yvette le Délégué du MINPMEESA, Mme AGIAM Lillian NGONWI du Commerce, Mme EBONGUE Madeleine, 1er adjoint au Maire de Nkongsamba 2ème, Mr NZOKI EPOH Frédéric, Proviseur du Lycée du Manengouba, Mr KALLA Victor, président du CENIPE, les invités spéciaux. Cette journée a été meublée des nombreux échanges avec les participants, les photos et la visite aux autorités administratives, traditionnelles, religieuses et municipales.

JOURNEE DU JEUDI 18 MAI 2017

La 1ere conférence qui avait pour thème "Entreprise et économie numérique"  a débuté à 10 heures par la prise de parole du Dr. MELI Basile, économiste, enseignant d'université qui à édifié les participants à travers des exemples et témoignages, le comité de pilotage du SIEN en particulier et les délégations venues des communes du Moungo, a encouragé ceux-ci à prendre leur destin très tôt, car c’est très tôt que murit l’idée d’être entrepreneur et que l’on peut partir de rien pour créer sa propre entreprise. Il a également expliqué ce que c’est qu'une économie numérique. Pour l'intervenant, «l’économie numérique consiste à utiliser les outils de communication pour des fins économiques et non pas seulement à des fins distractives... fin numérique dans la mesure où ils nous permettent de faire des recherches, de prendre des renseignements, de nouer des relations à distance, mais surtout de faire des achats en ligne, via le E-marketing".

En bref, l’économie-numérique vient révolutionner le payement et l'achat en ligne.

Mr NGALLE Nestor, Chef de Centre de la CNPS (Caisse Nationale de Prévoyance Sociale) de Nkongsamba a ensuite pris la parole dans l'optique d’éclairer les participants sur les "prestations offertes par la C.N.P.S" et l'utilisation du numérique qui facilite les échanges entre les structures partenaires et les employeurs, les assurés sociaux.

Depuis le décret du 24 Août 2014, l’entrepreneur est intégré dans le régime de sécurité sociale au Cameroun. Pour cela, l’Etat a mis sur pied «l’assurance volontaire». Le Chef de Centre, Mr NGALLE Nestor a par ailleurs ajouté que l’entrepreneur a une contrainte sociale, il doit faire fructifier son capital, faire des bénéfices et couvrir également la sécurité des employés. Ilrencherira en disant : «le temps est la variable la plus simple à la CNPS»; Il est important pour le citoyen camerounais de s'affilier tôt à la CNPS pour atteindre 15 ans de cotisations en sa période de validité. M. NGALLE Nestor a terminé en rappelant que la CNPS est déjà passée à l’heure du numérique ceci à travers le mode de payement des allocations. Dr NDEMMANU DE PADOUE Antoine, économiste, entrepreneur ajoutera que peu importe qui on est et ce qu’on fait, on peut déjà s’affilier à la CNPS et se mettre ainsi à l’abri des problèmes à l'âge ou l'on na plus de vitalité pour travailler.

M. NDJOUMGOU GEORGES, représentant du Minpostel (Ministère des Postes et Télécommunications) a pris la parole en précisant que l’information n’a pas besoin d’être diffusé ou suivie par mille personnes présentes, mais peut se faire par un relais d’info (médias, points focaux, TIC). Pour lui, les TIC permettent l’implémentation des projets et programmes des entreprises. Internet doit inspirer les jeunes qui doivent joindre l’utile à l’agréable et que chaque chose dans la vie doit avoir son temps. Toute action doit partir d’une idée a-t-il ajouté. Lorsqu’on a une l’idée, on la conçoit, et on gagne toujours à travailler pour soi-même et en cela, il y a création des richesses quand on est entrepreneur. Il faut faire l’effort de penser, «une entreprise doit être portée vers le numérique car l’entreprise qui n’utilise pas les TIC est celle qui a signé son arrêt de mort » a-t-il conclu, en clôturant son exposé.

Mme Ekobe Yvette epse Mbole, représentant le MINPMEESA, a fait un exposé sur la création d’une entreprise. Pour elle, il faut pour créer une entreprise : avoir une idée (mêmes explications que le Dr MELI Basile. Il faut s’auto-employer ; avoir des moyens techniques, humains ; l’état a pensé à murir cette idée à travers les agences des PME. Pour transformer l’idée innovante en entreprise réelle et performante, les incubateurs d’entreprises sont là pour cela.

L’incubateur d'entreprise a pour rôle d’accompagner les projets, la maturation du projet, le renforcement des capacités managériales des porteurs de projets, l'appui technique, etc... Il existe également, selon les explications de Mme Ekobe Yvette epse Mbole, délégué du MINPMEESA du Moungo, des centres de gestions agrées, qui offrent des avantages à travers une assistance en matière comptable, bénéfices et avantages fiscaux. L’Etat à régler le problème de l’ouverture de dossier chez le notaire qui demandait des frais allant à plus de 350 000 FCFA pou créer une entreprise. Par contre, l’entrepreneur a des obligations à respecter. Mme Ekobe Yvette epse Mbole a terminé en encourageant la mise en place des synergies entre entrepreneurs ou entreprises ayant le même projet.

Le dernier intervenant de la matinée, en la personne du représentant du Délégué Départemental de l’Agriculture et du Développement Rural, M. EKEMBAT Elat Martial, Ingénieur des Travaux Agricoles a édifié le public sur l’entrepreneuriat agro-pastoral dans le thème "L'agriculture à l'ère du numérique", ce programme encourage les jeunes de 18 à 35 ans à l’agriculture maraichère, à l’élevage etc… la relation qui lie l’économie-numérique à l’agriculture. Pour ce brillant intervenant, "L'agriculture numérique représente l'application moderne des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans le domaine agricole, débouchant sur ce qu'on pourrait appeler l'agriculture de deuxième génération. C'est donc une agriculture intelligente, qui a un réel potentiel pour favoriser une production agricole plus productive et durable, fondée sur une approche plus précise et économe en ressource". Les réseaux sociaux permettent de s’informer, de découvrir, créer et mettre en ligne des projets.  Comme site, l’on a celui "La Voix du Paysan", soit www.cta.it.. Pour M. EKEMBAT Elat Martial, Ingénieur des Travaux Agricoles, l’objectif du réseau, c’est de créer une plateforme et cela crée des échanges bénéfiques entre les entreprises, les exploitants agricoles, le petits paysans ou l'"leveur du coin réculé descentres urbains.

La deuxième conférence de la journée s’est ensuite tenue vers 16h avec comme intervenant principal Mr M. Ngongang Claude Bernard, Président de l'Association des Planteurs et agriculteurs du Moungo (APAM) sur le sous-thème :"Entreprendre avec les logiciels libres et open source". Suivi des éclairages du Dr Meli Basile, Mr BEKEM Cyrille, entrepreneur en informatique et un responsable de ANTIC. Mr Lekama Georges Auréoles a par ailleurs ajouté que l’on peut tout vendre ou acheter dans le secteur numérique, grâce au E-marketing. Cette première conférence s’est achevée aux environs de 18 heures par des échanges entre panélistes et les personnes présentes.

JOURNEE DU VENDREDI 19 MAI 2017

La journée de vendredi était meublée par des fora et ateliers qui ont débuté autour de 11heures auxquels ont pris part plusieurs participants qui ont exposé leurs projets. M. Lekama Georges a fait un exposé sur "comment créer son entreprise». Trois points essentiels ont étés retenus :-promoteur -l’idée-projet -l’environnement.

Mr Ngongang Claude Bernard a pris le relais afin de développer les idées émises plus haut. Il y a y a eu l'exposé de Jean Raymond Kombol sur la "Décentralisation et le Développement durable", le rôle du sport business dans le développement des collectivités territoriales décentralisées, cas de la Commune d'Orléans en France. Mr KAJE NZALI Virgile, Directeur d'Agence de Afriland First Bank de Nkongsamba a parlé de financement, de crédit, de l'impact de la l'agriculture ou de l'artisanat dans l'économie et la création des richesses... Mr DJOUAMADJI Joseph qui devait également exposé sur le thème "Décentralisation et Développement durable" est arrivé avec du retard alors qu'on clôturait la journée. Il a tout de même eu un échange avec les médias sur l'impact des municipalités dans la promotion de l'investissement local.

Cette journée portait également sur l’élection de la Miss Nkongsamba 2017 et le Jury composé de Mr FANDJA Léonard, Directeur de publication de "Les Visages d'Afrique", Dr Meli Basile et Mlle ONGOMELE Marie Cécile a noté les Miss Nkongsamba 2017. Pour ce concours, Mlle FOKAM EKWELLE Jessica, élève en classe de 2nde au Lycée du Manengouba est sortie vainqueur; sa 1ère Dauphine NGALLA Céline est une élève en 1ère au Lycée du Manengouba; la 2ème Dauphine est ALAM NKOM Naomi, une élève en classe de 1ère A4 au Collège privé Mitoukem.

Le Concours du Meilleur Projet d'entreprise sera remporté par Mr DANG Georges Stéphane avec le projet de création d'une unité de production de jus de fruits naturels. Il suivi par Mme NDAM Marthe de la PLANOPAC avec l'unité de production de Manioc-Amidon et enfin de liste, le SPIAEVICAM de Bafang représenté par Mr NGAKO Emmanuel avec une boutique de vente de produits alimentaires et artisanaux... Les deux autres, respectivement NANA Innocent et EPANDA Louis Mayer en 4ème et 5èmeplace n'ont pas démérité. Le Président du Jury, Mr Jean Raymond KOMBOL, originaire du village Manengouba2 qui vient de France a promis de les accompagner... Tous vainqueurs sont  félicités par la quarantaine de participants aux expositions et la trentaine d'inscrits au séminaire-atelier sur l'Entrepreneuriat rural.

Par ailleurs, l’esplanade du Complexe Multisport de la Délégation du MINSEP qui a vu passer plus de 60 mille visiteurs en cette semaine de célébration de la fête de la Nation était meublée de quelques exposants venus présenter leurs produits au volet Foire-Exposition. On citera entre autre : La CNPS, les artisans de Douala, les artisans de Dschang, les artisans du Moungo, ADC, Les Visages d'Afrique, le Groupe Youmbissi Vaillant, Scores2000, Nkongsamba Express, Groupe Michael et Electricité, Ets Maya Style, Artisans de la Prison Principale de Nkongsamba, Communauté Urbaine de Nkongsamba, Apam, Assepm, Kombol Sport, Gic des Paysans du Manengouba2, Groupe Kafo Parfaite, Hôtel le Moungo, etc...

La soirée du 19 mai 2017 s’est achevée autour de  21 heures par l'intervention du Président du Comité d’Organisation, M. TIMAMO TEDJON Sylvain qui a cite les différents lots dont bénéficieraient les miss. Présentant le plan de soutien de la Marraine NGOUNOU Hortence Patricia, l'épouse de Mr NSEKE Adolphe, Promoteur de Nkongsamba Express qui déboucherait sur un avenir d’Hôtesse, de Mannequin, de communicatrice. Ces activités soutenues par le Ministre Mbella Mbella Lejeune des Relations Extérieures, les Brasseries du Cameroun, la CUN, Scores2000, la CNPS, Mynergie, Kombol Sport, GIC PRODICOM, Parthenon... Elles ont reçu leurs écharpes à 16H00 le dimanche 21 mai 2017 à l'Hôtel le Moungo. Des cadeaux : voyages gratuits pendant un an à Nkongsamba Express, assurance volontaire pendant 6 mois pour la Miss. Couverture payée par la CNPS, des savons, des bijoux, des huiles, des abonnements, des trophées, etc... D'autres lots sont attendus.

JOURNEE DU 20 MAI 2017

Elle portait sur la visite des monuments historiques de Nkongsamba et des exploitations du village Manengouba2, le défilé du 20 mai qui s’est tenue a l’esplanade de la place des fêtes de Nkongsamba, suivie de la foire exposition. Enfin, la journée s'est achevée par une soirée de gala offerte par Mr HONA Thomas, Préfet du Département du Moungo en compagnie de plusieurs invités spéciaux du SIEN2017.

JOURNEE DU DIMANCHE 21 MAI 2017

Cet après-midi est ouverte par la prestation de l'artiste-comédien DJO COOPER, suivie par la présentation du rapport de synthèse général du SIEN2017 par le Dr MELI Basile. Vient la remise des écharpes aux Miss Nkongsamba2017 et des récompenses aux meilleurs projets retenus autour de 17 heures. Le récipiendaire est Mr DANG Georges Stéphane, un fabricant de jus de fruits naturels. Les deux autres NDAM Marthe et NGAKO Emmanuel de SPIAEVICAM en déplacement ont reçu leurs prix plus tard. NANA Innocent du Gic Prodicom et EPANDA Louis Maya des Ets Maya Style ont reçu des lots de consolations. D'autres lots ont également été offerts par de nombreux partenaires et mécènes, a l’instar de Nkongsamba Express qui offre des voyages gratuits aux Miss Nkongsamba2017 et aux journalistes qui organisaient parallèlement aux conférences-ateliers, la 2ème édition du Forum des Médias du Moungo. Un mécène a remis des enveloppes d'argent en espèces aux lauréats. La cérémonie s’est achevée par des séances photos et un cocktail. Reste dans les mémoires que Mme KEDI Justine Hermine se confiant aux médias ce jour a laissé entendre que le Comité d'Organisation a le soutien total et inconditionnel de Mr HONA Thomas, Préfet du Département du Moungo pour la suite... Que cela est suffisant pour avoir l'autorité nécessaire pour poursuivre cette œuvre exaltante et mieux préparer la 10ème édition prévue du 19 au 27 mai 2018. Une édition qui selon Mr NZOKI EPOH Frédéric, élite du coin, va connaitre une mobilisation particulière dans l'optique de l'implémentation des objectifs poursuivis depuis 2004. Les touristes revenus du village Manengouba2 et des chutes d'Ekom-Nkamon ont émis le vœux de voir les organisateurs associer au programme la visite des chefferies traditionnelles et des vastes exploitations agricoles.

Par Madola Marie et Ongomele Cécile

 Contacts :696234411/655357816/699129915663956404

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 10:07

Le samedi 20 mai 2017, se sont déroulées les festivités marquant la 45ème fête de l'Unité à travers tout le territoire camerounais. La cérémonie s'est déroulée à la place des fêtes de Nkongsamba et avait pour thème <<Armée et Nation en parfaite synergie pour un Cameroun uni dans sa diversité, attaché aux idéaux de paix, de stabilité et de prospérité>>.
 

Le programme du défilé a commencé avec l'arrivée du Préfet du Département du Moungo, M HONA Thomas qui recevait quelques heures auparavant la médaille de Commandeur de l’Ordre National de la Valeur à Douala, suivie de l'hymne national exécutée par la fanfare.

Deux temps forts ont marqué le défilé de ce jour :
L'on a tout d'abord assisté a la remise des médailles d'honneur à certains récipiendaires. Après cette séquence, place aux festivités proprement dites .La commémoration du 20 mai a été riche en coureurs, en mouvements et en chants. Comme partout ailleurs, le défilé a débuté avec le passage des forces de l'ordre, composé des militaires, gendarmes, policiers, grâce auxquels le peuple camerounais connaît une certaine stabilité et la paix. Après le défilé à pieds des forces de défense, le public a également eu droit au passage majestueux des troupes motorisées.
Le défilé civil quant à lui a vu se mobiliser associations de tout genre, écoliers et élèves issus de différents établissements publiques et privés de la ville, en passant par les écoles de formation universitaire.

Le tour attendu de certains partis politiques, en l'occurrence le parti au pouvoir (Rdpc) par sa forte mobilisation, ayant a lui seul un nombre impressionnant de partisans. Le public a aussi salué le passage des partis MDP, UPC, UMS, MRC.Tous véhiculant des messages riches, appelant a l'unité nationale, inscrits sur des pancartes et banderoles. Ceux-ci ont pu montrer leur attachement aux idéaux de la nation et leur désir de lutter pour la paix au Cameroun. Le passage des partis politiques clôturait ainsi le défilé aux environs de 14h35mn. Les commentateurs à la cabine de reportage ont plusieurs fois fait allusion au SIEN2017 qui se déroule depuis le 17 mai simultanément à l'Hôtel le Moungo et au Complexe multisport de Nkongsamba.
En bref, ce que nous pouvons retenir de la célébration du 20 mai 2017 est que, le peuple tout entier est appelé à s'aligner derrière l'armée afin de promouvoir la paix et la stabilité, pour un Cameroun uni et prospère.
Entretien avec Mr HONA Thomas, Administrateur Civil Hors Echelle qui en 33 années d'administration donc 25 comme Préfet et 8 comme Sous-préfet a accumulé une riche expérience...

Par Mlles Madola Marie Claire et Ongomele Marie Cécile (stagiaires)

Contact Rédaction : +237 663956404/699451920/656845367

 

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 13:14

Avec pour Marraine Mme NGOUNOU Hortense Patricia, l'épouse de Mr NSEKE Adolphe de Nkongsamba Express, un avenir d’Hôtesse, de Mannequin, de communicatrice? Soutenues par le Ministre Mbella Mbella Lejeune des Relations Extérieures, les Brasseries du Cameroun, la CUN, Scores2000, la CNPS, Mynergie, Kombol Sport et le Haut Patronage de Mr HONA Thomas, Préfet du Département du Moungo...

Elles recevront leurs écharpes à 16H00 le dimanche 21 mai 2017 à l'Hôtel le Moungo. Des cadeaux : voyages gratuits pendant un an à Nkongsamba Express, assurance volontaire pendant 6 mois,

Couverture payée par la CNPS, des savons, des bijoux, des huiles, des abonnements, des trophées, etc... Vos lots sont attendus.

Le Jury composé de FANDJA Léonard, Directeur de publication de "Les Visages d'Afrique" Dr Meli Basile, Economiste et Mlle ONGOMELE Marie Cécile, Reporter a noté les Miss Nkongsamba 2017 : FOKAM EKWELLE Jessica, Elève en classe de 2nde au Lycée du Manengouba;
1ère Dauphine : NGALLA Celine, Elève en classe de 1ère au Lycée du Manengouba;
2ème Dauphine : ALAM NKOM Naomi, Elève en classe de 1ère A4 au Collège Mitoukem.
Le Concours du Meilleur Projet d'entreprise est remporté par DANG Georges Stéphane avec la création d'une unité de production de jus de fruits naturels, suivi par Mme NDAM Marthe de la PLANOPAC du Moungo avec l'unité de production de Manioc-Amidon, en fin de liste, le SPIAEVICAM de Bafang, représenté par NGAKO Emmanuel, avec une boutique de vente de produits alimentaires et artisanaux... Le Président du Jury Jean Raymond KOMBOL qui vient de France qui a par ailleurs félicité le 4ème et le cinquième prix, respectivement NANA Innocent et EPANDA Louis Mayer, a promis de les accompagner...  Tous ont été félicités par la quarantaine de participants aux expositions et la trentaine d'inscrit au séminaire - atelier sur l'Entrepreneuriat rural.

.............................................................................Une miss Manengouba pour clôturer

Le neuvième Salon International de l’Entrepreneuriat de Nkongsamba est rentré dans l’histoire avec dimanche le 21 mai, une soirée de gala au cours de laquelle la Miss Nkongsamba2017 et ses deux dauphines ont été élues. Et à peine ce salon rentré dans l’histoire, les organisateurs annoncent déjà le prochain.

Officiellement ouvert le 17 mai dernier à l’hôtel le Moungo par Madame Hermine Justine Kedi, Secrétaire d'Administration Principale en lieu et place du Préfet empêché, le 9e Salon International de l’Entrepreneuriat de Nkongsamba a, pendant cinq jours, animé la ville à travers diverses activités programmées dont la formation des jeunes sans emploi. Si l’organisation de cette rencontre pendant trois jours relève de l’exploit, force est cependant de féliciter les organisateurs dudit salon dans leur volonté de permettre à des jeunes désœuvrés à sortir de leur inertie et à mettre sur pied des unités de production susceptibles de leur donner de l’espoir et de voir l’avenir non pas en noir mais en rose. Seulement, comme le relevait fort opportunément Madame le Sous-préfet, les organisateurs ont intérêt à mobiliser davantage de jeunes dans l’acquisition des connaissances relatives à la création et au montage des projets car, pour l’heure, beaucoup de jeunes ne croient pas y trouver leur compte. Le montage des projets, la recherche des financements apparaissant pour beaucoup comme des écueils infranchissables.

Madame Kedi Justine Hermine, Secrétaire d'Administration Principale après avoir relevé quelques insuffisances de l’organisation a néanmoins encouragé les initiateurs à persévérer dans cette activité tout en s’attachant les services de tous ceux qui peuvent les aider dans cette noble entreprise et tous ceux qui œuvrent dans l’insertion socioéconomique des jeunes désœuvrés. Elle a laissé entendre que l’avenir du Cameroun en général et du Moungo en particulier dépendait de cette catégorie sociale que l’on ne saurait ni abandonner à elle-même, ni négliger et pour cela, chacun devrait y apporter du sien.

Dans son mot de bienvenue, le président du comité d’organisation, Sylvain Timamo Tedjon, a retracé l’historique du Salon International de l’entrepreneuriat de Nkongsamba depuis ses origines en 2004, relevant au passage les nobles objectifs poursuivis et les difficultés rencontrées. Il a surtout souhaité voir les élites et les autorités municipales s’impliquer davantage dans l’encadrement des jeunes et apporter leur soutien dans l’organisation du salon. Soulignant que le salon avait de la valeur en dépit de son bilan déficitaire, il a invité les populations de la ville à se l’approprier désormais pour en faire une réussite qui permettra à Nkongsamba de se vendre à l’extérieur afin, pourquoi pas, redorer son blason et redevenir la troisième ville du pays qu’elle fut jadis. Le rêve est permis.

Entre conférences, débats, exposition-vente, activités sportives et surtout touristiques, l’on retiendra surtout l’élection de la Miss Nkongsamba. Cette année, c’est Jessica Fokam Ekwelle, élève en classe de 2e au Lycée du Manengouba qui a été choisie et qui est montée sur la plus haute marche du podium. Elle est secondée par Céline Ngalla, élève en classe de 1ère dans le même établissement comme première dauphine et deuxième dauphine, Naomi Alam NKom élève au Collège Mitoukem tandis que le Concours du Meilleur Projet d’Entreprise, lui, a été remporté par Georges Stéphane Dang pour la création d’une unité de production de jus naturels ; il est suivi par Madame Ndam Marthe de la PLANOPAC qui a présenté le projet de création d’une unité de production de l’amidon à base du manioc et enfin le SIAEVICAM de Bafang, représenté par NGAKO Emmanuel.

Rendez-vous est pris pour 2018.

D. D. M.

Contact Rédaction +237 699451920/ 678894092/663956404 email:sylvaintimamo@gmail.com

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 14:45

Encore du chemin à faire  "nous sommes galvanisés et chaque année nous en faisons un peu plus que l’année dernière"

Le 9ème Salon International de l’Entrepreneuriat de Nkongsamba s’est effectivement ouvert le 17 mai dernier à l’Hôtel le Moungo. Placée Sous le Haut Patronage de Mr HONA Thomas, Préfet du Département du Moungo, la Cérémonie d’ouverture était présidée par Mme Hermine Justine Kedi, Secrétaire d'Administration Principale qui avait à ses côtés, Mr NTAMACK EPOH Serges, le représentant du Ministre des Relations Extérieures, fils du Moungo, Mme EBONGUE Madeleine, 1er adjoint au Maire de Nkongsamba2, Mr KALLA Victor du CENIPE, Mr NZOKI EPOH Frédéric, Proviseur du Lycée du Manengouba, les invités spéciaux et divers délégués départementaux des ministères impliqués dans l’organisation ou l’animation de cette rencontre.

A la fin de la cérémonie, la Rédaction d’Aurore Plus a approché le Président du Comité d’Organisation pour en savoir plus sur le SIEN.

Aurore Plus : Plus d’une décennie après sa création (2004), pensez-vous que les populations de Nkongsamba ont adhéré au SIEN ?

Sylvain TIMAMO TEDJON : Oui, cette 9ème édition montre que les populations de Nkongsamba et de ses environs ont adhéré au SIEN. Une marche difficile, mais nous percevons une nette avancée.

Comment expliquer l’absence des certains jeunes à la Cérémonie d’Ouverture de ce 9ème Salon ?

S. T. T. : Les jeunes, majoritairement, sont dans les activités culturelles de la fête du 20 mai. Notre principale cible n’est pas celle en milieu scolaire, mais les sans emploi ou ceux qui ont arrêté les études prématurément pour chercher une subsistance. Nous avons pensé judicieux de leur apporter une expertise dans la création et la gestion d’une entreprise, petite, moyenne ou grande.

Le Salon fait désormais partie de l’animation de la cité. Ne pensez-vous pas qu’il faille aujourd’hui multiplier et diversifier les activités d’animation ?

S. T. T. : Nous le pensons vivement, mais cela demande beaucoup de moyens financiers et des ressources humaines. L’expertise de nombreux départements ministériels nous est bénéfique et va contribuer à regarder plus grand en 2018. Nous sommes soutenus par le Minpmeesa (Ministère des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat), le Minpostel (Ministère des Postes et Télécommunications), le Minac (Ministère des Arts et de la Culture), le Minrex (Ministère des Relations Extérieures), le Minsep (Ministère des Sports et de l’Education Physique) et le Minesup (Ministère de l’Enseignement Supérieur NDLR).

Bénéficiez-vous d’un soutien des élites intérieures et extérieures, notamment de la diaspora dans l’organisation de cette activité ?

S. T. T. : Très peu nombreuses, sont les élites qui regardent d’un bon œil le salon. Certaines pensent que nous aspirons à une notoriété politique. Le développement ne connait pas de couleur de peau, d’ethnie ou de parti politique. La preuve, le Comité d’Organisation est multiculturel et multiethnique. On y retrouve toutes les composantes ethniques et culturelles du vaste département du Moungo.

Qu’est-ce qui vous encourage à persévérer dans l’organisation du SIEN ?

S. T. T. : Nous voulons plaider pour une ville historique qui garde ses lettres de noblesse : la solidarité, le partage, la fraternité… Aussi, nous voulons arriver à mettre en place une pépinière d’entreprises avec la nouvelle génération pour booster le volume de l’activité économique à Nkongsamba en particulier et dans le Moungo en général. A terme, les acteurs pourront mettre sur pied une grosse chaine industrielle.

Y a-t-il des jeunes formés lors des différents SIEN aujourd’hui installés à leur compte ?

S. T. T. : Oui, une centaine de jeunes a été formée pendant les éditions écoulées. A l’atelier soutenu par le FNE (Fonds National de l'Emploi) en 2015 par exemple, 51 jeunes étaient inscrits. Ce vendredi (19 mai 2017 NDLR), nous comptons former plus de 30 nouvelles personnes à l’entrepreneuriat rural. Beaucoup parmi les premiers sont allés s’installer dans les grandes métropoles, Bafoussam, Douala, Yaoundé, etc. Il y a quelque chose de plus à faire par nos municipalités et les services des impôts, les banques … qui, selon beaucoup, ne font pas grand-chose à Nkongsamba pour collecter et mobiliser l’épargne des populations et des contribuables, encourager l'initiative privée...

Le SIEN a-t-il permis de réduire l’exode rural des jeunes vers d’autres cieux ?

S. T. T. : Nous n’avons pas contribué à résoudre le problème l’exode massif tel que souhaité en 2004. Nous réfléchissons encore à ce sujet et nous ne baissons pas les bras. Peut-être que notre persévérance pourra porter les fruits escomptés dans les années à venir.

Quelles ont été les difficultés rencontrées dans l’organisation et la tenue des SIEN ?

S. T. T. : La première difficulté est celle de la ressource humaine. Le bénévolat n’est pas l’affaire de tous. Beaucoup de jeunes n’acceptent pas faire du bénévolat, du volontariat. De nombreuses commissions ne fonctionnent pas bien à cause des exigences et des indigences de certains membres. Ceux qui finissent par acquérir de l’expérience quittent Nkongsamba pour d’autres villes. Donc les autorités municipales doivent travailler à donner le goût de vivre à Nkongsamba. Les sponsors et les mécènes sont rares et ne se comptent que sur les doigts de la main à Nkongsamba. Il y a eu des organisateurs d’autres événements qui ont "échoué" et cela a jeté du discrédit sur la destination Nkongsamba. La jalousie, la médisance et le mensonge sont aussi des handicaps. Mais cela ne nous décourage guère. Bien au contraire, nous sommes galvanisés et chaque année, nous en faisons un peu plus que l’année dernière.

Quelles sont les perspectives ?

S. T. T. : Nous préparons déjà l’édition 2018…

Nous vous souhaitons bon vent, Monsieur le Président du Comité d’Organisation !

Interview menée par Georges Ndenga du Journal Aurore Plus à Nkongsamba, Envoyé spécial

Contact rédaction : +237 663956404/656845367

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 10:22

A l'invitation Mr HONA Thomas, Préfet du Département du Moungo,  les sectoriels donc les départements ministériels sont directement concernés par le SIEN 2017 et les membres stratégiques du Comité de Pilotage se sont réunis à la Préfecture de Nkongsamba pour examiner le Projet de Programme et la thématique de cette édition intitulée «Entreprise rurale et économie numérique».

A la fin de la séance, les intervenants se sont accordés sur le travail à faire tout en félicitant le Comité de Pilotage pour le travail abattu. Le 9ème Salon International de l'Entrepreneuriat de Nkongsamba se tiendra du 17 au 21 mai prochain au Cercle Municipal et à l'Hôtel le Moungo. Etaient présents à la rencontre au sommet : Etengeneneng Kevin Oben, deuxième adjoint préfectoral du Moungo, Mme Ekobe Yvette epse Mbole de la délégation du MINPMEESA, Eyengue Bruno de la Délégation du Tourisme et des loisirs, Ekembat Elat de la Délégation du Minader, Lonfor Justin de la Délégation du Minepia, Ngongang Claude Bernard de l'ASSEPM, Timamo Sylvain de Scores2000, Elongbil Epanda Mayer du Comité de pilotage, Mohamadou Lawal de la société civile, Koum Achile du Bureau des Affaires Sociales et Culturelles de la Préfecture de Nkongsamba, Mme Ngueng Mboh Eva du bureau des affaires générales du Minsep, Nimpa Bonaventure, Délégué de la Jeunesse du Moungo, Mouelle Jacques Isaac, Délégué des Arts et de la Culture du Moungo. Le rapport d'étape 1 ainsi que le compte rendu de l'édition antérieure sont présentées. En plus de la photo de famille, quelques photos de l'édition 2015.

  1. ACTIVITES MENEES (REALISATIONS).

Rendu à ce jour, le SIEN 2017 suit son petit bonhomme de chemin. Le terrain est déjà balisé permettant la mise en œuvre effective des activités opérationnelles.

  1. Sur le plan des démarches administratives :

Plusieurs activités ont été réalisées. Il s’agit notamment de :

  • l’obtention du récépissé de la déclaration de manifestation publique signée du Sous Préfet de l’arrondissement de Nkongsamba 1er,
  • l’obtention de la lettre d’accord de patronage de Monsieur le Préfet du Département du Moungo,
  • de l’obtention de l’autorisation d’utilisation du site du Complexe Multisports par le Délégué départemental des sports et de l’éducation physique du Moungo,
  • L’information des autorités administratives est pratiquement achevée : tous les Sous Préfets (13) du département du Moungo ont reçu une lettre d’information ; huit (10) maires sur les treize (13) que compte le département du Moungo ont reçu leur invitation. Six (06) ministres dont les domaines d’intervention s’inscrivent sur la thématique du SIEN 2017 ont été sollicités et certains ont d’ores et déjà donné leur accord, à l’instar du Mincommerce, du Minpostel, du Minac, Minpmeesa, Minrex, etc.
  • Sur le plan de la communication médiatique :

Des publications ont été faites dans les parutions des organes de presse écrite. Il s’agit notamment de :

  • Le Soir ; Ouest-Echos, L’Ouragan Indépendant, Température, Scores 2000, Le Chasseur, et Point Afrique, La Vitrine.
  • Cinq cent (500) affiches format A3 sont en voie d’impression par l’entremise de l’entreprise Archi 5.

Les réseaux sociaux, notamment Facebook, whatsapp, twitter, ont été mis à contribution pour relayer largement l’information sur le SIEN 2017, ainsi que les journaux en ligne à l’instar de Scores 2000, Point Afrique, Yaoundeinfos.com et Izuba en Afrique du Sud, Camer.be en Belgique, La Communauté de Tous à Toulouse.

Enfin des sites institutionnels affichent dans leur page les informations concernant le SIEN 2017 à l’instar de ceux du MINCOMMERCE, de l’OHADA, du MINPMESSA, etc.

La mobilisation sera importante pour ce que d'aucuns appellent déjà mini comice agropastoral de Nkongsamba. Cent mille visiteurs sont attendus.

Elongbil Epanda Louis Mayer/CP - Contact Rédaction : +237 6994519208671331053/690161039

e-mail: sylvaintimamo@gmail.com

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 09:14

Le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Monsieur Louis Paul MOTAZE, a procédéle 20 avril 2017 à Washington avec le Groupe de la Banque Mondiale, à la signature d’un Accord de crédit de 192 millions de dollars US, soit environ 113 milliards de Francs CFA, pour le financement du Projet de Développement du Secteur des Transports.

Ce Projet vise concrètement à renforcer la planification de ce secteur, à améliorer l’efficience et la sécurité du transport sur la section Babadjou – Bamenda du corridor Yaoundé – Bamenda, et à améliorer la sécurité et la sureté des aéroports de Yaoundé, Douala, Garoua et Maroua.

L’implémentation du Projet de Développement du Secteur des Transports permettra notamment d’améliorer les conditions matérielles et de sécurité du transport sur la section routière la plus dégradée du corridor d’intégration régionale reliant la capitale Yaoundé à la frontière Ouest du Cameroun avec le Nigeria. Elle permettra également d’améliorer la gestion du patrimoine routier, à travers l’élargissement et la reconstruction de la section de route de 50 km située entre Babadjou dans la région de l’Ouest et Bamenda dans la région du Nord-Ouest y compris le traitement des points accidentogènes identifiés.Le Projet de Développement du Secteur des Transports prévoit par ailleurs la mise à niveau de 12 km de routes de traversée urbaine dans la ville de Bamenda,pour relier les tronçons du corridor régional Yaoundé-Bamenda et Bamenda-Enugu et l’appui à la mise en place du fonds routier de deuxième génération.Il permettra enfin de renforcer la sécurité dans les quatre aéroports internationaux à travers notamment la reconstruction et la réhabilitation d’une clôture autour du périmètre des aéroports de Yaoundé, Douala, Garoua et Maroua, la construction d’un Centre de gestion des crises (CDOU)dans chacun des aéroports internationaux de Yaoundé, Garoua et Maroua, et la construction d’une station météorologique classique à Maroua.

Ericien Pascal Nguiamba/CP -

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 09:13

Le Ministre des Arts et de la Culture l’a déclaré hier 25 avril 2017 à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale des Monuments et sites. La Valorisation des éléments du patrimoine culturel au cœur de la célébration.

« La célébration de la journée Internationale des monuments et des sites témoigne de l’intérêt majeur et considérable que le gouvernement attache au développement, la promotion du tourisme culturel dans notre pays. Car les échanges culturels permettent d’établir des ponts entre les peuples et les nations, de réduire des fossés et de jeter des relations harmonieuses dans le cadre d’un vivre ensemble entre différentes communautés « , propos du Ministre des Arts et de la Culture, le Pr. Narcisse Mouelle Kombi qui présidait le 25 avril 2017 au monument de la Réunification, à Yaoundé, la cérémonie commémorative de la Journée Internationale des monuments et sites.

Pour le Ministre des Arts et de la Culture « Bien souvent les monuments à l’instar du monument de la réunification, incarnent l’âme d’un peuple, ils sont les emblèmes d’une ville ». A ce titre « on peut considérer que le monument de la réunification est l’emblème de la ville de Yaoundé » a-t-il déclaré. Et ce monument dans le contexte actuel au Cameroun, comme le monument des indépendances et réunification de Buea, » symbolise, mieux encore, incarne l’unité l’indivisibilité de la nation camerounaise, j’allais même dire la légitimité et l’irréversibilité de la nation camerounaise, belle par ce que plurielle dans sa diversité une et indivisible » a-t-il ajouté.

Pour le Ministre Mouelle Kombi cette célébration est aussi l’occasion de mettre en évidence, au delà de l’importance de la valorisation des éléments du patrimoine, la vulnérabilité du patrimoine. « D’où cette attitude qui amène à prêcher en faveur de la préservation, de la protection et du développement de bonnes pratiques, notamment pour la promotion d’un tourisme durable dans le domaine culturel » a déclaré Narcisse Mouelle Kombi à yaoundeinfo.com

Cette célébration a été marquée par des prestations artistiques, des exposés notamment sur le thème de la célébration « Patrimoine culturel et tourisme durable » et surtout la présence de l’Ambassadeur de France, Gilles Thibault.

Ericien Pascal Nguiamba/CP

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.

Recherche

Pages

Liens