Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 17:44

Les organisations associées proposent de mettre sur pied un secrétariat technique outillé, de responsabiliser les notables baneka à la commission culturelle et traditionnelle, trouver des fonds nécessaires 3 mois avant la date du 11 novembre 2017, proposée pour la tenue de l'édition 9 de l'ascension, organiser un séminaire sur le management sportif à l'intention des athlètes, Hommes des médias et businesmen du Moungo. Mettre sur pied dès février 2017 au moins six commissions de travail...

Édition 2017 de l'ascension du mont Manengouba : la société Parthénon promet d'être plus présente. Cette 9eme édition servira également de test de sélection des athlètes du Littoral à la future ascension du mont Cameroun, a annoncé Mr Bassomo Sadrack et confirmé le lendemain par Nicolas Mbabe de la Ligue Régionale d'Athlétisme du Littoral. La 9eme édition de l'Ascension du Mont Manengouba pourrait se tenir après avis techniques le samedi 11 novembre 2017 : épreuve de sélection des athlètes du Littoral pour le Mont Cameroun, course de montagne internationale de Nkongsamba ? Du moins, la commission du Marketing et de la communication rencontrera en temps opportun le Président Motombi Mbome Emmanuel de la Fédération Camerounaise d'athlétisme. Les prévisions sont les suivantes : 300 athlètes nationaux, 200 volontaires, 150 autorités administratives, sportives, traditionnelles, religieuses et 5000 touristes. Wait and see. Nkongsamba for ever...

M. FOUMANE AKAME Pierre au nom du Préfet a encouragé M. Sylvain Timamo, Nicolas Mbabe et Ndishonfon Charles Trigar à se mettre au travail pour préparer l'édition 2017. Les vainqueurs Tambaya, Oumarou, Tchuidji Bernard, Oumamatou seront sollicités pour être des mascottes.

Résultats de la 8eme édition de l'ascension du mont Manengouba. Seniors messieurs :
1er Toukam Étienne
2e Pedie Pascal
3e Ibrahima Isa
4e Amassanka Tizi M.
5e Isa Tambaya
Junior Dames
1er Hadjidja Isa
2e Kameni Féline Rondelle
3e Tchakounte Merveille
4e Nguemo Vanelle
5e Yaka Judith
Junior Messieurs
1er Mohamadou Isa
2e Sokoudjou Jean
3e Djoumessi Christian
Par le National Technical Officier Mr Nicolas Mbabe, SG LIRAL venu de Douala

Minimes Dames :
1ere Matane Rolande Marcelle
2e Kombou Ange Saurelle
3e Mantou Nenkap Stéphanie
4e Faussi Ange
5e Nongo Jacqueline
6e Mayock Zalom Mutuelle
7e Ewangue Talom Sylviane
Par Nicolas Mbabe, officiel technique national
Classement minimes messieurs
1er Oumarou Isa
2e Etugue Denzel
3e Kano Idriss
4e Nguemning Junior
5e Touani Kope Karol Daguin
6e Siewe Gauthier
7e Abang Dilane
8e Simo Prince
9e Ewane Zambo Armand
10e Kuemegni Valere
11e Lamago Tchienchi
12e Zali Richel
Par Nicolas Mbabe, officiel technique national/ Secrétaire Général de La Ligue Régionale d'athlétisme du Litoral

Dr Alain Moise Eboumbou Priso a prié samedi 26 novembre autour de 11 heures à Nkongsamba pour les autorités et la pérennité de l'ascension du mont Manengouba. Plusieurs dizaines de participants ce sont à l'invitation de l'homme de Dieu tenus la main pour cultiver l'esprit d'amour et de solidarité. La délégation de Mission du Christ International venait de Yaoundé pour la circonstance. Il faut noter en passant que son fondateur est originaire du Département du Moungo. Il a été reçu par M. HONA Thomas, Doyen des préfet du Cameroun, administrateur civil Hors Échelle qui a accordé son haut patronage à la 8eme édition de l'ascension du mont Manengouba.

Bienvenue à Nkongsamba, ascension du mont Manengouba du 11 novembre 2017. Comment faire partie des commissions de travail. Voir la délégation des sports et de l'éducation physique ou passer au siège de Scores2000 à Nlonko commissariat, quartier 6.

Contact Rédaction ; +237 699451920-678894092-663956404 Email: sylvaintimamo@gmail.com

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 17:28

Une fin heureuse. Placée sous le Haut patronage de M. HONA Thomas, préfet du département du Moungo, la course s'est déroulée samedi 26 novembre 2016 en présence d'une centaine d'athlètes. Le président BASSOMO Sadrack de la Ligue Régionale d'Athlétisme du Littoral, NANA NDJIKI Christian, Directeur Technique Régional, NGOUMOU W. Pascal sont venus valider les résultats de la compétition.

 

M. FOUMANE AKAME Pierre au nom du Préfet a encouragé M. Sylvain Timamo, Nicolas Mbabe et Ndishonfon Charles Trigar à se mettre au travail pour préparer l'édition 2017. Les vainqueurs Tambaya, Oumarou, Tchuidji Bernard, Oumamatou seront sollicités pour être des mascottes.

Résultats de la 8eme édition de l'ascension du mont Manengouba. Seniors messieurs :
1er Toukam Étienne
2e Pedie Pascal
3e Ibrahima Isa
4e Amassanka Tizi M.
5e Isa Tambaya
Junior Dames
1er Hadjidja Isa
2e Kameni Féline Rondelle
3e Tchakounte Merveille
4e Nguemo Vanelle
5e Yaka Judith
Junior Messieurs
1er Mohamadou Isa
2e Sokoudjou Jean
3e Djoumessi Christian
Par le National Technical Officier Mr Nicolas Mbabe, SG LIRAL venu de Douala

Minimes Dames :
1ere Matane Rolande Marcelle
2e Kombou Ange Saurelle
3e Mantou Nenkap Stéphanie
4e Faussi Ange
5e Nongo Jacqueline
6e Mayock Zalom Mutuelle
7e Ewangue Talom Sylviane
Par Nicolas Mbabe, officiel technique national
Classement minimes messieurs
1er Oumarou Isa
2e Etugue Denzel
3e Kano Idriss
4e Nguemning Junior
5e Touani Kope Karol Daguin
6e Siewe Gauthier
7e Abang Dilane
8e Simo Prince
9e Ewane Zambo Armand
10e Kuemegni Valere
11e Lamago Tchienchi
12e Zali Richel
Par Nicolas Mbabe, officiel technique national/ Secrétaire Général de La Ligue Régionale d'athlétisme du Litoral

Dr Alain Moise Eboumbou Priso a prié samedi 26 novembre autour de 11 heures à Nkongsamba pour les autorités et la pérennité de l'ascension du mont Manengouba. Plusieurs dizaines de participants ce sont à l'invitation de l'homme de Dieu tenus la main pour cultiver l'esprit d'amour et de solidarité. La délégation de Mission du Christ International venait de Yaoundé pour la circonstance. Il faut noter en passant que son fondateur est originaire du Département du Moungo. Il a été reçu par M. HONA Thomas, Doyen des préfet du Cameroun, administrateur civil Hors Échelle qui a accordé son haut patronage à la 8eme édition de l'ascension du mont Manengouba.

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 19:14

Présidée par Monsieur MBOMA Richard, la réunion d’évaluation des préparatifs par les partenaires de l’organisation s'est tenue le 8 novembre dernier de 09 heures 30 à 11 heures 30 à Nlonko Commissariat, au siège de Scores2000.

Parole prise par Messieurs NDISHONFON Charles Trigar, président de l'association des athlètes professionnels du Moungo et TIMAMO TEDJON Sylvain en charge de la communication et du marketing qui évaluaient le parcours effectué jusqu’au jour de la séance, de la séance de travail avec M. ETENGENENG Kevin Oben, 2ème adjoint préfectoral du Moungo.

Après l'intervention de Mohamadou Lawal de Nkongsamba Fm et la réplique de Ngotty Elong Zavier Raoul, il est proposé l'Organisation  à la veille, 25 novembre 2016, d’un spectacle pour accueillir les divers participants de  la 8ème édition de cette course de montagne baptisée "course de l'émergence".

Ce spectacle dans les jardins de la Communauté Urbaine de Nkongsamba serait précédé à 16 heures d'une conférence sur le financement des activités parallèles de la course. Une réunion technique à 19 heures pour diffuser le règlement intérieur de la compétition et le jour de l'événement, la prestation des comédiens pendant que les Athlètes seront entrain de faire le l’itinéraire annoncé, une démonstration d'arts martiaux et des groupes de danses traditionnelles du département du Moungo.

Monsieur Sylvain TIMAMO TEDJON déclare pendant de cette réunion que la subvention de la Communauté Urbaine de Nkongsamba pour la prise en charge partielle du cahier de charge de l’événement serait possible.

L’Implication du Préfet du Département du Moungo dans l’organisation de la course va accroître les mesures de sécurité et booster la participation des athlètes et personnalités de la région.

Parole prise par Monsieur LEKAMA Georges Auréole, expert en tourisme et communication sociale, qui pense que pour le bon déroulement  de cette édition, il faudra impliquer les autorités telles que :  les trois maires de communes d'arrondissement, les trois sous-préfets et les chefs traditionnels afin de donner l'onction morale, de de sorte que l’Etat puisse  prendre en charge  les prochaines éditions. Il est suivi dans ses explications par le patriarche NDEMA EPOH Faustin qui a insisté sur le circuit touristique de la compétition, la route des chefferies,vendre l’image de la ville de Nkongsamba à travers cette organisation, attirer les touristes dans la ville et le environs. Ils faisait ainsi allusion aux célèbres chutes d'Ekom-Nkam, aux lacs mâle et femelle du Manengouba, aux grottes de Ngwa, à la cathédrale, à la tombe des chiens mystiques.

Faire une découverte médiatique chaque jour pendant les 18 jours restant. Echanger avec les différents athlètes pour connaître leurs compétences et leur palmarès.

Mettre le programme sur une radio qui couvre au moins 5 régions, sur Internet et partager dans les réseaux sociaux.   DJIFOMETIO PIE Pecos, athlètes professionnels et coach dans l'association a proposé de tracer le parcours avec les palmes et les nylons, prévenir le parcours au niveau de l'école publique d'Ekangté par la Croix-Rouge, les forces de maintien de l'ordre et les volontaires pour éviter que les athlètes ne s'égarent. Le président de séance MBOMA Richard a insisté sur le soutien de la Croix-Rouge pour hydrater les athlètes. LEKAMA Georges Auréole a demandé de faire comprendre aux athlètes que ce n’est pas une course pour gagner de l’argent, mais pour l’esprit de la compétition, créer deux circuits touristiques : visiter les chefferies traditionnelles, les usines à café et les plantations.

Pour terminer, le Correspondant de presse SIEWE HAPPY DE Banna Chamford a demandé de solliciter à temps l'expertise technique de la Ligue Régionale d'Athlétisme (LIRAL) comme en 2014.   Après le mot de remerciement dit par le président de séance MBOMA Richard, les rapporteurs NTOH EKANGA Elodie Blanche et NJOPI Hilaire Blondin ont rappelé les grandes lignes avant la levée de séance à 11 heures et 30 minutes. Tout s'est achevé par un pot de vin fraternel à l'espace snack de Nlonko Commissariat 1er arrondissement au Quartier 6.

Par NTOH EKANGA Elodie Blanche/Cp   

°PARTICIPANTS A LA REUNION : MOHAMDOU Awal, CHAMFORT HAPPY, NGOTTY ELONG, LEKAMA Georges, NDISHONFON Charles Trigar, MBOMA Richard, TIMAMO Sylvain, NTOH EKANGA, DIFOMETIO Pie, NJOPI Hilaire, NDEMA EPOH, FOUTE Paul. 

Contact Rédaction : +237 678894092 / 663956404/699451920   

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 14:27

Projet de Programme :
- 4 H 00 :
Départ des encadreurs d'EPS vers la montagne ;
- 6 H 00 : Départ de la course présidée par Monsieur le Préfet du Département du Moungo ;
- 8 H 30 : Préparation de la place des fêtes de Nkongsamba pour l’arrivée des premiers athlètes – séance de photos avec les touristes à la chefferie Supérieure du Canton BANEKA qui est le point de fin de parcours pour les minimes.
- 9 H-12 H 00 : Animations diverses et prestations d’arts martiaux et de Boxe ; danses traditionnelles
- 13 H 30 : Début de la remise des récompenses ;
- 14 H 30 : Discours du Délégué du Gouvernement ;

15 H 00 : Allocution de Monsieur le Préfet du Département du – Moungo ;
- 15 H 30 : Cocktail et fin de la cérémonie;


Association des Athlètes Professionnels du Moungo

Tél. : NDISHONFON Charles :663 747 272/ KAMDJEU Régine Flore :675 100 314/ DJIFOMETIO PIE Pecos : 691 010 236

CLASSIFICATION DES ATHLÈTES A PRIMER :

A/ PREMIÈRE CATÉGORIE

(SENIORS) MESSIEURS DAMES

1ER HOMME 1ERE DAME 2EME HOMME 2EME DAME 3EME HOMME 3EME DAME

B/ DEUXIÈME CATÉGORIE (MINIMES)

1ER GARÇON 1ERE FILLE 2EME GARÇON 2EME FILLE 3EME GARÇON 3EME FILLE

C/ TROISIÈME CATÉGORIE

ATHLÈTE LE PLUS JEUNE

ATHLÈTE LE PLUS AGE

 

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 14:25

C'était en février 2016 qu' a eu  lieu la course internationale de l'espoir sur les pistes du Mont Cameroun à Buéa. Des mois après, Nkongsamba abrite le samedi 26 novembre prochain la 8e édition de "son" ascension du Mont Manengouba. Le plus haut sommet du département situé à l'ouest de la ville. Le mont Nlonako, lui, est à l'est tandis que le mont Koupé plus au sud après la localité de Manjo.

De nombreux athlètes et touristes y sont attendus, n'a de cesse de rappeler Sylvain Timamo, le communicateur et porte-parole du comité local d'organisation chapeauté par le Préfet du Moungo. Le Délégué du gouvernement étant le parrain. Cette compétition fait son bonhomme de chemin dans l'espoir de retenir les attentions à l'international. Un objectif qui requiert le coup de pouce de la fédération camerounaise d'athlétisme.

Nkongsamba a-t-elle fané ?

Il faut remonter le cours de l'histoire pour se rendre compte que cette cité a perdu de sa beauté. Jusqu'au milieu des années 70, Nkongsamba était sur toutes les lèvres au plan sportif et économique. Son équipe fanion, Aigle royal est la toute première de l'intérieur du pays à remporter le titre de champion national de football de la division une. Sa participation à la finale de la Coupe du Cameroun perdue devant l'invincible Canon de Yaoundé fut la cerise sur le gâteau. Aussi, faut-il le souligner pour en faire une particularité, cette équipe est unique dans son genre pour avoir produit une dizaine de joueurs ou presque dans la liste provisionnelle de l'équipe nationale du Cameroun à l'exemple de Fotso Serge, Appolin Simo, Emmanuel Bounga, Kowa alias petit Pelé, Siéwé l'ailier droit, Michel Kaham, le gardien Moïse Essombé, le défenseur Ngongang, Tsébo Jean-Marie (l'homme de Khartoum) sélectionné par Raymond Fobété frère-aîné de Jules Frédéric Nyongha, lui-même ancien joueur de cette équipe en 1967.

Au plan agricole, le chef-lieu du département du Moungo semble avoir abandonné la locomotive au détriment d'autres villes camerounaises. Sa traditionnelle foire agricole qui drainait du beau monde, ses boutiques (Scortis-Tsekenis, Printania etc) tenues par des expatriés essentiellement des Européens (Français et Grecs) et son aérodrome sont rangés dans l'histoire. 3e grande métropole du Cameroun après Yaoundé et Douala, ce classement serait l'arôme qui aiguise l'appétit de l'initiateur de cette mountain race du 26 novembre prochain. Le comité d'organisation est à pied d'œuvre et rassure tout en comptant énormément et prioritairement sur les enfants de Nkongsamba et leur relationnel pour rehausser l'éclat de la fête. Le coup de pouce des uns et des autres est attendu à bras ouverts. Rendez-vous est donc pris, le 26 novembre prochain, à Nkongsamba. L'idéal serait une descente dans la ville plutôt la veille pour découvrir ce qui reste de Nkongsamba by night après la fermeture de San Farncisco. Oh la belle époque !

Fernant NENKAM Tél. 69992 4181

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 14:22

Accompagnée d'une forte délégation des membres de son bureau, des parlementaires, des élites, le Chef dela délégation permanente du Comité Central du RDPC pour le Moungo à fait le tour du Grand Moungo-Nord. Passant par Loum, Manjo, Baré-Bakem, Melong et Nkongsamba.

La tournée en étape

A Loum, le Chef de la délégation a commencé par des audiences, puis est allé au meeting populaire sur la place des fêtes de de la cité. Il a été acceuilli par le président de la Section M. Djomo Charlie Herman qui n'a pas retenu sa langue. Il a dit au Ministre Chef de délégation que cet arrondissement est presque abandonné par le parti au pouvoir. Pour preuve, l'arrondissement n'aurait pas ses fils aux postes élévés de responsabilité.

A Manjo, il a été accueili par le président de la Section, le Dr Kollo Basile. Ce dernier a demandé l'intervention du Ministre auprès des pouvoirs publics afin que les routes soient aménagées dans cet arrondissement et que les femmes puissent bénéficier des subventions pour la pratique de l'agriculture et du commerce.

A Baré-Bakem, la section Rdpc du Moungo Nord-Est 2 a eu l'insigne honneur de recevoir le président de la Commission permanente départementale du Rdpc pour le Moungo, MBella Mbella Lejeune le 06 novembre 2016 dans le cadre de sa tournée sociopolitique  à l'ancienne sous-prefecture. Les populations de l'arrondissement de Baré-Bakem étaient toutes présentes.  La présence des élites tels que l'ancien ministre Nkoue Nkongo, Tchamba Simplice, ancien maire sont venus renforcer la poularité de l'évenement.

Intermède

Plateau-débat à la radio Bare-Bakem sur l'offre politique du Ministre MBELLA MBELLA Lejeune en présence de Ntamack Epoh Serge Paul, son Chef du secrétariat particulier, de Frank'ulrich Haldjeng Nkomba, le chargé d'affaires reservées, des journalistes Sylvain Timamo; Serge Epangue, Titan Yonkeu et Diderot Didérot Dopna.

A Melong chez le président ENONE Mathieu et Nkongsamba chez Matiké Daniel et EDIMO NANA Ferdinand, même discours, sauf que les audiences ont été plus longs en raison des problèmes qui existent à la base.

A Ebone, face aux pleurnicheries de Mannon Christol Georges, président de la section, le Minitsre a promis d'être plus attentif.

Intermède

Plateau-débat à Nkongsamba Fm : les portes paroles de la délégation ont parlé des 34 ans au pouvoir du Président Paul Biya, des goulôts d'étranglement qui plombent l'avancé du département. Les questions sur les batailles de leadership, du tribalisme de la compétence dans les choix des responsables politiques et administraifs ont été évoquées. Face aux diplomates Ntamack Epoh Serge Paul et Haldjeng Nkomba dans la modération de Elong Ngotty zavier Raoul, les remarques pertinentes de Jean arsène Adjomo Mvondo et Sylvain Timamo.

On peut dire que le Ministre des relations extérieures, fils d'Ebone par Nkongsamba, met le Moungo en ordre de bataille pour relancer sa renaissance et son développement en 5 points :

1. Création du CODEMO (Comité de Développement du Moungo)
2. Création du FODEM (Fond de développement du Moungo)
3. Appui à la formation entreprenariale des femmes du Moungo
4. Lancement des journées économiques du Moungo pour remplacer fête du café
5. Intégration nationale. " toute personne qui vit dans le Moungo est du Moungo"

Mbella Mbella Lejeune n'est pas seul dans cette démarche parce qu'il serait fortement appui par des judokas de la politique et de l'économie que sont Bile David, Ebongue Ngoh Jean Jules, Kuete Jean, Ekoume David, Akoula Rigobert, Evelyne Mpoudy Ngolle, Edimo Nana Ferdinand, Mikeng Salomon, Njiaking Aimé, Ngollè Jacques Antoine, Ntamie Lydie, Matike Daniel, Nzoki epoh Frédéric etc.

Sylvain Timamo et Njopi Hilaire Blondin

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 14:22

Camrail et ses assureurs se sont mobilisés pour que chaque passager soit pris en charge et bien indemnisé des préjudices subis. Voici en intégralité le communiqué de presse qui explique tout.

« Suite à l’accident du 21 octobre, la société Camrail a pour priorité absolue l’assistance aux victimes et à leurs familles. Camrail et ses assureurs se sont immédiatement mobilisés pour que chaque passager soit pris en charge et bien indemnisé des préjudices subis. Dès le 25 octobre Camrail a mis en place une Cellule d’Assistance aux Passagers dénommée CAP152 pour : · identifier les pertes, dommages et préjudices subis par les passagers du train 152,· suivre la prise en charge médicale des victimes ou de leurs ayant-droits,· visiter quotidiennement les établissements accueillant des blessés, · plus généralement s’assurer du traitement approprié des réclamations de l’ensemble des passagers du train 152. Cette cellule est joignable par numéro vert, mail et 3 guichets sont ouverts dans les gares de Douala, Yaoundé et Eseka.

Les procédures d’indemnisation pouvant être longues et complexes dans ce type d’accident, Camrail a souhaité faciliter les procédures et débloquer dans l’urgence une première enveloppe budgétaire destinée à la prise en charge des frais funéraires. Cette enveloppe de 1 500 000 FCFA par victime n’est pas une indemnisation pour préjudice mais une prise en charge des frais d’obsèques des passagers ayant perdu la vie dans ce terrible accident. 45 familles se sont déjà manifestées et ont, à ce jour, perçu cette aide.

Nous invitons les autres familles à nous contacter au plus vite soit en contactant les représentants Camrail dans les hôpitaux soit auprès des guichets et du numéro vert. S’agissant des indemnisations pour les préjudices subis, qui restent la priorité et le sujet le plus important, un accent particulier est mis par Camrail et ses assureurs pour un traitement personnalisé des dommages subis, directement auprès des blessés et de leurs familles. Ce sont près de 20 experts qui sont mobilisés sur le terrain, en coordination avec les établissements de santé pour assister chaque passager touché par l’accident. De manière immédiate et complémentaire, des remboursements sont également mis en place pour la perte de biens matériels divers perdus par les passagers lors de l’accident. Camrail s’assurera que les indemnisations soient les plus rapides possibles, personnalisées et à la hauteur du préjudice subi et témoigne tout son soutien et sa solidarité aux victimes. Cellule d’Assistance CAP 152 : cap152@CAMRAIL.net

Numéros verts: Yaoundé : 699 11 33 33 et 699 10 18 10

Douala : 699 11 44 44

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 14:20

Dans un entretien accordé au magazine indomptable sport, l’ancien Lion est revenu sur la Coupe du Cameroun de football qui a vu le sacre d’Apejes de Mfou 2-0 face à Bamboutos de Mbouda le 30 octobre au Stade omnisport de Yaoundé.

« Bamboutos de Mbouda a perdu la coupe du Cameroun, mais a gagné en respect et notoriété. » s’est exprimé Patrick Mboma. Pour l’actuel consultant de Canal +,  l’effervescence générée par les supporteurs de Bamboutos a donné une note évanescente à cette édition de la coupe du Cameroun.

« Le monde entier a vu la mobilisation des supporteurs de ce club. Autant dans les réseaux sociaux que dans la vie réelle, le club a fait parler de lui. Une nuée presque interminable de bleu et rouge a pris d’assaut l’univers médiatique pour soutenir son équipe. J’ai appris que Yaoundé à vibré au rythme des Mboudas. C’est dommage seulement que des mesures ne soient prises pour stimuler une telle effervescence. Elle devrait être canalisée pour raviver l’intérêt d’antan autour du championnat national. » Rajoute t-il.

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 14:19

Placé sous le Haut Patronage du Président de la République, cet évènement initialement prévu au mois de septembre, se tiendra finalement du  07 au 13 novembre dans la ville de Yaoundé.

Entre les nombreuses activités au programme, le premier festival culturel camerounais vous ouvre ses portes. Le cinéma, la danse, la musique, l’art contemporain et toutes ses dérivées, le dessin et le design ; voilà les secteurs d’activité qui sont concernés par ce festival d’envergure internationale. Un évènement qui se tient au Cameroun au moment où le cinéma et la musique commencent à retrouver leurs lettres de noblesse. Une édition qui se singularise surtout par la diversité des activités.
Rendu à sa 15ème édition, le Festival National des Arts et de la Culture (FENAC) est placé sous le thème “culture et émergence du Cameroun”. Ce thème sera prolongé par une série d’activités qui vont des ateliers de formation jusqu’aux projections de films En passant par une grande foire exposition. Le comité d’organisation présidé par le Dr Madiba Georges par ailleurs directeur de la cinématographie et des productions audiovisuelles au ministère

des arts et de la culture, Sous la direction de Jean Louis Moussinga, directeur de MD4, une agence spécialisée dans l’évènementiel.Plusieurs organisations ont confirmé leur participation à cette grande manifestation publique. Hormis les organismes étatiques et para-publiques qui vont inonder la scène, certaines compagnies privées sont également appelées à contribuer au rayonnement de ce rendez-vous annuel très important pour les acteurs culturels. Jumia Travel fera partie de cette grande fête qui regroupe l’ensemble de l’écosystème culturel de ce pays de 20 millions d’habitants, le leader panafricain de la réservation d’hôtels en ligne apporte son expertise pour faciliter l’hébergement de toutes les personnes qui feront le déplacement.
Institué le 08 avril 1991 par décret présidentiel, ce qui était alors le Festival des Arts et de la Culture (FESTAC) est devenu FENAC en 1994 avec pour ambition de “consolider l’unité nationale, en fédérant toutes les expressions artistiques et culturelles”.

Simon Mbelek/CP Contact Rédaction Scores2000: +237 699451920/678894092 Email:sylvaintimamo@gmail.com

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 14:18

Le Président national du RDPF-KUMZSE, l’une des formations politiques  au Cameroun et candidat malheureux à l’élection présidentielle de 1997, explique  pourquoi le Cameroun doit introduire l’Allemand comme troisième langue officielle.

Président  Ndemmanu le Cameroun est un pays bilingue avec notamment le français et l’anglais comme langues officielles. Vous, vous militez aujourd’hui pour l’introduction de l’Allemand comme troisième langue officielle. Est-ce par ce que vous avez beaucoup vécu dans ce pays ?

Erreur ! Le Cameroun est devenu un pays bilingue avec le français et l’anglais comme langues officielles, il n’a pas toujours été bilingue (français & anglais), mais est devenu et peut aussi devenir trilingue (français, anglais & allemand), si toutefois, la volonté politique prend conscience des atouts d’un tel système au plan national et international.

Pour mon séjour en Allemagne, je pense qu’il y a en Allemagne une communauté forte des Camerounais résidents et des Associations des anciens étudiants camerounais voire des écrivains camerounais et africains ayant pour langue l’allemand, mieux placés pour porter un tel projet.

L’histoire politique du Cameroun nous rappelle les trois langues, les trois cultures, l’allemand, le français et l’anglais. Ces trois langues font l’histoire politique et culturelle de notre pays et, introduire aujourd’hui l’allemand est reconnaître la place de l’histoire et surtout faire profiter cette histoire aux générations futures. Le Cameroun bilingue avec la création des lycées bilingues est encore au stade expérimental et peut s’élargir ou s’étendre sur le trilingue sans autre forme de procès.

L’avantage d’un tel système est de pouvoir donner la chance aux futurs élèves de se former sur place et surtout de maîtriser trois langues avec une quatrième voire cinquième langue au choix. La création d’un système germanophile en compétition avec les systèmes francophile et anglophile placerait notre système éducatif au sommet des systèmes éducatifs existants,  faisant de notre pays une nouvelle Suisse (français, allemand & italien) avec l’espagnol et le portugais au choix. L’introduction de la langue allemande comme troisième langue officielle et la création d’un système éducatif allemand est aussi une vraie valeur ajoutée à notre système éducatif qui est entrain de se forger une place dans les systèmes mondiaux existants avec pour avantage de voir aussi la promotion de nos langues  nationales à côté des langues officielles et étrangères. Cela a aussi pour avantage d’aider à la création des emplois au sein des institutions internationales (les Nations-Unies, l’UE, l’UA, etc.).

Que peut apporter  concrètement l’allemand comme troisième langue officielle au Cameroun ?

L’allemand comme troisième langues à côté du français et de l’anglais est un élément de promotion d’un développement durable et participatif. Le besoin en ressources humaines dans le cadre de l’apprentissage de la langue allemande, la possibilité pour les Allemands de devenir résidents permanents et surtout de voir leurs enfants suivre leur scolarité au Cameroun. De même pour les diplomates camerounais en service dans nos services diplomatiques et consulaires, la possibilité de faire suivre à leur progéniture qui naisse en Allemagne du retour au pays, leur scolarité en allemand sans aucune difficulté. L’allemand est aujourd’hui la langue majoritaire en Union Européenne avec plus de 90 Millions d’habitants (Allemagne, Autriche, Suisse, etc.). La délocalisation des entreprises allemandes vers le Sud avec pour avantage de voir le lieu d’investissement KAMERUN priviligié. Au-delà des emplois au plan national et international, la langue allemande permettra à coût sur de booster le développement durable à travers une nouvelle offre culturelle mais socioéconomique de tout notre environnement. Il faut noter que l’industrie allemande est un atout pour la langue allemande au Cameroun puisque les allemands ne sont plus les seuls à avoir une avancée technologique, les japonais, les chinois, les américains ont aussi cet avantage d’avancée technologique.

Président, on sait qu’il y a les anglophones et les francophones deux grands groupes linguistiques du pays. Et l’allemand sera constitué de quel groupe ?

Nous avons deux groupes, les francophiles et les anglophiles, parce que nous avons de la sympathie pour le français et l’anglais et nous ne saurions être francophone (être de langue française) anglophone (être de langue anglaise), puisque nous avons adopté le français et l’anglais comme langues officielles par sympathie et non par filiation. Au Cameroun la constitution reconnaît le français et l’anglais comme langues officielles et reconnaît aussi les langues maternelles comme langues camerounaises à promouvoir. Il est pourtant clair qu’avec la création de la toute première carte d’unité administrative sous protectorat allemand (carte du géographe Max Moisel en 1913, le Kamerun septentrional), lesdits groupes anglophiles et francophiles n’existaient guère et avec la République du Cameroun suite à l’unification des deux parties (anglaise et française), deux groupes distincts l’un de l’autre se sont créés au regret et contre le seul groupe germanophile existant. La problématique que posent les deux groupes français et anglais existants, à savoir l’incitation à une nouvelle culture dite francophone ou anglophone alors que les droits des anglais (anglophones) ou des français (francophones) sont différents de ceux des africains francophiles ou anglophiles.

Nous ne pouvons avoir pour seul dénominateur commun qu’une appartenance à une langue dont nous ne sommes que partie prenante, si le français et l’anglais nous servent de langues officielles, il est à constater que dans la pratique nos langues nationales sont plus usuelles ; ce qui nous fait dire sans doute que les camerounais sont bétiphones (être de la langue béti),  bassaphones (être de la langue bassa), doualaphones (être de la langue douala), yembaphones (être de la langue yemba), etc., car nous ne pouvons être de la langue béti et aussi être de la langue française, notre appartenance linguistique est ainsi répartie selon nos origines et par affiliation.

Au cours de nos échanges, vous parliez aussi de la création des Collèges, Lycées et d’autres institutions germanophiles au Cameroun. A quoi vont servir exactement ces Institutions puisque l’allemand est déjà enseigné dans les Lycées et Collèges à partir de la classe de 4è partout au Cameroun ?

Les langues étrangères, l’allemand, l’italien, le russe, le chinois, etc. sont aussi enseignées dans nos lycées et collèges, ce qui n’est pas la même chose, le français ou l’anglais ne sont pas seulement enseignés, il existe un système éducatif français et anglais et avec un troisième système éducatif allemand nous allons non seulement offrir la possibilité pour les parents germanophiles de voir leurs progénitures suivre ce nouveau système éducatif mais aussi à tous les Allemands désireux de s’installer au Cameroun de le faire avec toutes leurs familles sans que le système éducatif soit une contrainte ou un frein à leur immigration choisie. Ainsi, nous plaidons pour la création des Staats-und Realschule (des écoles), des Gymnasiums (des lycées & collèges), des Hochschule (des écoles professionnelles) et des Universitäts (Universités d’État). Comme pour tout projet, il faudrait une phase expérimentale avec comme moteur une à deux structures pour un début et à partir d’une faisabilité et au fur et à mesure les structures vont suivre. Il ya de cela dix (10) à vingt (20) les institutions d’enseignement de la langue allemande n’existaient qu’à Yaoundé et Douala et aujourd’hui à cause d’une demande forte, c’est presque dans toutes les villes et quartiers qu’une école, un institut en collaboration avec l’Institut Goethe propose des cours de la langue pas seulement de langue allemande, mais des langues anglaise, italienne, chinoise, etc.

Monsieur le Président, introduire l’allemand comme troisième langue officielle, signifie aussi que tous les documents administratifs seront désormais en français, anglais et allemand…un travail fastidieux non ?

Effectivement, avec une augmentation significative du volume des documents administratifs à produire le besoin en ressources humaines compétente s’imposera, à l’exemple de l’union européenne avec l’entrée de l’Espagne et du Portugal. Ce besoin va aussi se faire sentir avec la production industrielle des étiquetages, des documents d’informations sur les produits et autres objets de commerce devront s’élargir à la langue allemande aussi. Petit à petit les juridictions camerounaises se verront aussi imposer pour l’application du droit positif la langue allemande Nous pouvons même penser aux Régions qui aimeraient faire de l’allemand, leur première langue de travail et ceci à long terme.

Pensez-vous qu’une pareille réforme peut être appliquée au Cameroun ? Quand on sait que les camerounais peinent déjà à maitriser les ficelles de deux langues officielles actuelles…

Contrairement à votre affirmation et inquiétude, je crois qu’à la date d’aujourd’hui le nombre des camerounais bilingues est en pleine croissance. Et les hommes et les femmes politiques camerounais ont conscience de ce que le devoir les interpelle au bilinguisme et ceci se constate dans le vivre ensemble, preuve de ce que le français pour les anglophiles comme l’anglais pour les francophiles n’est plus étranger, le sentiment de moins d’appartenance et de moins d’intégration se ressent à chaque fois que nous sommes confrontés à la pratique de ces langues. D’ailleurs, les comportements linguistiques de nos enfants vont faire apparaître et ceci depuis presqu’une dizaine d’années une autre option, qui est devenue de plus en plus usuelle dans le groupe cible, que forme la jeunesse camerounaise à savoir : ‘’le francanglais’’.

Comment alors ne pas voir dans une telle réforme la solution pour répondre de cette attente voire de promotion d’un espace culturel d’exception. Nous affirmons ainsi que la troisième langue officielle à côté du français et de l’anglais que sera l’allemand, est une chance pour notre développement durable et exclusif.

Nous devons saisir cette opportunité que nous offre notre histoire politique et socioculturelle pour faire de notre environnement socioéconomique l’un des plus attractifs du monde, le Cameroun comme une Afrique en miniature et qui devient de par son système éducatif un monde en miniature !!!!!!!

La langue allemande est chance à saisir pour notre cher et beau pays ‘’Le Cameroun’’.

Que Dieu bénisse nous bénisse ! Que Dieu bénisse le Cameroun ! Que Dieu bénisse l’Afrique ! Amen !

Entretien avec Ericien Pascal Nguiamba/CP

Repost 0
Published by Sylvain Timamo
commenter cet article

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens